Révélations sur Yts Systems Limited : L’Artp a financé l’espionnage de Sénégalais

Où que vous soyez dans le monde, le service Sécurité résidentielle évoluée de Bell Aliant vous permet de visionner des vidéos sécurisés, recevoir des messages texte et clips vidéo à partir de votre téléphone intelligent, tablette ou PC lorsque quelqu'un se présente chez vous. (Groupe CNW/BELL ALIANT INC. - FRANCAIS)

Où que vous soyez dans le monde, le service Sécurité résidentielle évoluée de Bell Aliant vous permet de visionner des vidéos sécurisés, recevoir des messages texte et clips vidéo à partir de votre téléphone intelligent, tablette ou PC lorsque quelqu'un se présente chez vous. (Groupe CNW/BELL ALIANT INC. - FRANCAIS)

Bénéficiaire d’un virement de 321,2 millions de F Cfa de l’Autorité de régulation des postes et des télécommunications (Artp), Yts Systems Limited est une boîte israélienne spécialisée dans l’installation de matériel d’écoutes, la filature, la craquage de mails etc. A sa tête se trouvent Doron Stempler et Tal Berman, deux anciens du Mossad. Le virement effectué par l’Artp a été fait deux jours avant les élections locales de mars 2009. Simple coïncidence ?

Comme nous le révélions, hier, l’ancien Directeur général de l’Autorité de régulation des postes et des télécommunications (Artp) a, dans l’illégalité totale, versé 321,2 millions F Cfa à Yts Systems limited, une société basée en Israël. Le scandale est d’autant plus immense que les informations obtenues par Libération attestent que l’Artp a été le bras financier d’une vaste opération d’écoutes et de surveillance de citoyens Sénégalais, à la veille des locales de 2009 durant laquelle le Parti démocratique Sénégalais (Pds) a perdu plusieurs collectivités locales. En effet, c’est le 17 mars 2009, c’est-à-dire 48 heures avant le scrutin, que le ministère de l’Intérieur a enjoint l’Artp de payer cette prestation dans des conditions quasi frauduleuses d’autant que l’Artp n’était liée à Yts par aucune prestation.

Les recherches entreprises par Libération, après exploitation du rapport de la Cour des comptes établissent que Yts est une société d’espionnage qui a sa tête deux anciens agents du Mossad, les redoutés services secrets israéliens. Les méthodes de cette société, liés par plusieurs contrat au ministère de la Défense israélienne, ont d’ailleurs fait des vagues en Nouvelle Zélande où un de ses agents du nom de Kelman avait été arrêté pour espionnage après avoir tenté d’entrer dans le pays avec un faux passeport. Filature, écoutes téléphoniques, piratage de mails, «débogage»…Malgré son effectif réduit de 40 personnes, Yts propose autant de services à ses clients pourvu que ces derniers passent à la caisse.

A la tête de Yts on retrouve deux sinistres personnages : Doron Stempler et Tal Berman qui ont monté la boîte en 1987. Ingénieur de formation, Stempler a fait ses premiers pas dans les renseignements militaires israéliens avant d’être nommé Coordonnateur du Département Intelligence du Mossad, chargé de tout ce qui est espionnage. Quant à son associé Tal Berman, il a été formé dans les Forces spéciales israéliennes avant d’être chargé du pilotage des opérations secrètes du Mossad pour ne pas dire exfiltration, assassinat, libération de prisonniers, bombardements ciblés etc. L’équipe de Yts comprend aussi le nommé Benny Sarre, un ingénieur en électronique, qui a fait dix-huit ans au sein des Renseignements israéliens.

Libération

Commentaires

commentaires