Revue de presse du vendredi 10 juillet : Plusieurs sujets en exergue

 

images Il existe des sinistrés dès la  première pluies renseigne le populaire »Premières pluies, premiers dégâts »  affiche le journal qui prend le cas de Kaffrine où la pluie a fait des dommages et  le journal de   relater  les propos du maire de Kaffirine  Abdoulaye Willane qui «  tempête Macky ».  Selon Wilane Macky Sall semble   abandonner le programme d’urgence de recasement et de restructuration, ce qui dénote d’un manque de sérieux, d’une absence de conviction dans la vision » de la part d’une « autorité versatile ». Walfadjri  parle  à son tour d’un début d’hivernage difficile à Dakar » .  Les « fortes précipitations » enregistrées jeudi soir dans la capitale sénégalaise, « conjuguées aux délestages, n’ont pas été sans conséquences sur la circulation routière » soutient le journal.

Enquête revient sur La casse-tête des ambulants.  Depuis 2007 les maires ont échoué lamentablement dans leur politique de déguerpissement soutient le journal. D’après Moussa Sy l’Etat ne joue pas le jeu. Et dans la foullée  Idrissa Diallo de la commune de Dalifor feirraille de confier   « nous n’avons pas que les ambulants  à gérer » relate le journal

La position de la Commission électorale nationale (CENA) sur l’existence présumée de bureaux d’inscription fictifs sur les listes électorales  est aussi au menu. Waa Grand Place  affiche : « L’opposition n’a aucune raison de douter de la sincérité des commissions électorales et de la franchise de la mission qui leur est assignée », assure Doudou Ndir

Le Témoin quotidien affirme plutôt que la CENA « conforte l’opposition » et sa « thèse d’une fraude au niveau de la confection des cartes nationales d’identité dénoncée récemment par les principaux partis de l’opposition ».

Le quotidien révèle un nouveau scandale foncier après Tobaco  et parle d’un «  vol au-dessous de l’aéroport.   Macky et des haut fonctionnaires sont en effet impliqués  dans ce scandale foncier:  « De hauts fonctionnaires et des ministres se partagent une partie de l’aéroport de Dakar  » soutient le journal

L’as, pour sa part revient sur  l’envoi de 2100 diambars en Arabie qui tarde. Peut-on parler de reculât de l’Etat ?  L’interrogation  s’affiche à la une du quotidien où notre confrère note un «  statuquo à propos de l’envoi de 2100 soldats

 

Commentaires

commentaires