More

    Riziculture : le ministre Pape Abdoulaye Seck en flagrant délit de mensonge

    CapturFiles-14-29-2015_05.29.10Dans une tribune où il passe au peigne fin le livre d’Abdoulaye Latif Coulibaly – «réalisations à mi-mandat» -, qui encense le Président Macky Sall, le ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural s’est permis quelques écarts avec les chiffres sur la production du riz dans la Vallée. Mais, c’était sans compter avec la vigilance de l’Expert financier/Consultant, Babacar Sédikh Diop, qui, sans faire dans la polémique, taille en pièces les arguments du Docteur Seck, cousus de fil blanc. Un texte que Dakar7.com publie in extenso.

     

    Entre amalgames et démagogies : la réalité des faits

    Docteur Pape Abdoulaye Seck, ministre de l’Agriculture,

    Puisque vous nous conviez à un «  vrai débat et non des balivernes, pour susciter la réflexion et agir pour une émergence économique raffinée aux dividendes partagés » je voudrais livrer à votre haute attention, tout en prenant à témoin l’opinion publique, les constats qui suivent. Auparavant, je vous signale d’emblée que je me situe uniquement sur le terrain technique et économique. Je me garderai donc de faire des commentaires sur les aspects de détail de votre article pour ne retenir que l’essentiel.

    En effet, vous êtes libre de tresser des lauriers à qui vous voulez, mais aucun intellectuel rigoureux ne saurait donner du crédit aux amalgames que vous faîtes à dessein en prenant prétexte du livre d’A. L. C, jadis respecté pour son patriotisme, pour rehausser la politique du Président de la République dans le domaine rizicole, histoire de vous rehausser vous-même à ses yeux ! Grand bien vous fasse ! L’histoire, seule juge, se chargera de vous juger comme elle l’a déjà faite pour tous ceux qui vous ont devancé dans ce registre laudatif hélas trop répandu au sein d’une certaine classe « d’intellectuels». Tristes tropiques !

    Pour en revenir donc à l’essentiel, j’ai retenu trois points de votre article sur lesquels il s’avère impératif, pour cause de salubrité publique, de réfuter vos affirmations, afin d’éclairer l’opinion nationale. Car ces choses-là sont trop importantes pour le devenir de la Nation tout entière, et par voie de conséquence, ne méritent pas le traitement partisan pour ne pas dire courtisan que vous semblez leur donner, Monsieur le ministre !

    Quant à vos affirmations subjectives et infondées, je dirai tout simplement ceci : s’agissant de la double culture dans la Vallée Fleuve Sénégal, vous déclarez, Monsieur le ministre, qu’elle s’intensifie. Malheureusement les chiffres de la Saed ne confirment pas vos dires. En effet, les dernières statistiques publiées par la Saed sont les suivantes :

      Saisons
    Délégations Saison Sèche Chaude 2015 Hivernage 2015-2016
    Dagana 30 032 11 477
    Podor 5 759 5 465
    Matam 402 5 234
    Bakel 8 207
    Total 36201 22 383
    Réalisa. 2014 30888 24 584
    Ecart +5312 -2 202

    Source : SAED / Bulletin de suivi hebdomadaire des campagnes agricoles en date du 15 sept.-15

    La tendance est plutôt à la baisse ou à la limite stationnaire si on compare les performances des saisons d’hivernage de 2014 et de 2015. Quand on sait par ailleurs que les potentialités en termes de superficies irrigables sont de l’ordre de 240000 ha, on mesure encore mieux l’ampleur du travail qu’il vous reste à faire….en termes d’autosuffisance en riz. Dans un passé récent, les résultats ont été de loin meilleurs que ceux affichés aujourd’hui et tous les anciens techniciens de la Saed le savent et vous lisent avec amusement !

    A lire également  Fin de la gratuité de l'eau à Touba: Les arguments de Mansour Faye

    Dans le même ordre d’idées, vous invoquez un rendement de 9T/ha. Vous savez pertinemment, Monsieur le Ministre, qu’il s’agit de pointe de rendement. Mieux encore, des pointes de rendements de plus de 10 T sont observées en contre saison chaude. Mais la réalité est que les rendements moyens actuels dans la Vallée sont de l’ordre de 5 T/ha en hivernage et 6 T/ha en contre-saison chaude. Aucun agronome objectif ne dira le contraire ! Vous pouvez invoquer tous les Dieux dans une perspective de mystification. Rien n’y fera. Les faits sont têtus.

    S’agissant du matériel agricole personne ne peut nier les efforts qui ont été faits par le régime actuel en termes de disponibilité et d’accessibilité (subvention de 50%). Mais il apparait clairement qu’aucune stratégie mûrement réfléchie n’a été mise en place. C’est quand même déconcertant au regard de votre qualité intellectuelle (Spécialiste en Politique et Stratégies agricoles). Votre Département s’est empressé (dans des buts inavoués) de distribuer directement des moissonneuses-batteuses, des tracteurs (sans pièces de rechange !) à des riziculteurs sans verrouiller par un système de crédit (Cncas) afin de garantir les remboursements. Avec une telle démarche, il est plus que probable qu’aucun bénéficiaire ne remboursera le matériel qui est déjà utilisé lors de cette campagne d’hivernage. Cela, vous le savez, Monsieur le Ministre, et les services de la Caisse nationale de crédit agricole n’ont cessé de vous interpeller là-dessus. En vain !

    A lire également  Macky Sall : « L’aéroport de Dias va ouvrir en janvier 2017 »

    Vous martelez également une conviction forte à savoir «qui maîtrise l’aval d’une filière va maîtriser l’amont». C’est une vision dépassée, ‘’old fashion’’, qui était valable dans les années 80. Etant fin connaisseur de la politique des filières en tant que spécialiste de politique agricole, vous n’ignorez sans doute pas que le débat aujourd’hui sur le riz se pose moins en termes de « maîtrise de l’amont  d’une filière» qu’en termes de partage de valeur ajoutée au niveau d’une chaine de valeurs peu structurée ! Le rôle de votre ministère est de faire de la régulation /conciliation entre les intérêts divergents des différents acteurs (producteurs, riziers, commerçants)…et non d’essayer de maitriser quoi que ce soit au risque de lâcher la proie pour l’ombre ! Alors, de grâce, Monsieur le ministre, si chacun d’entre nous, au niveau où il se trouve, faisait preuve de modestie et d’honnêteté intellectuelle, le Pays ne s’en porterait que mieux ! Salutations cordiales, Monsieur le ministre.

    Babacar Sédikh DIOP,

    Expert financier/Consultant

     

    Articles récents

    Air Sénégal : Reprise timide des vols internationaux

    La compagnie aérienne Air Sénégal annonce la reprise de ses vols internationaux après plusieurs mois d'arrêt en raison de la pandémie de...

    Covid-19: Un vaccin efficace à 95% annoncé

    La société pharmaceutique Moderna annonce que son candidat vaccin contre la Covid-19 est à 94,5% efficace pour réduire le risque de contracter...

    TOUBA – 4 CENTRES COMMERCIAUX DU MARCHÉ OCASS RÉDUITS EN CENDRES

    C’est la catastrophe au marché Ocass de Touba. Pour cause, un incendie d’une rare violence s’y est déclaré vers une heure du...

    LA RÉACTION D’ABDOULAYE WADE À L’ANNONCE DE SON DÉCÈS PAR RFI

    La nouvelle a rapidement fait le tour du web. Victime d’un bug lié à la migration de son site vers un autre...

    Abdoulaye Diouf Sarr : « Le Sénégal fera partie des pays qui auront le vaccin contre la covid-19 »

    La recherche du vaccin contre le covid-19 se poursuit à l’échelle internationale. Une fois découvert, le Sénégal se positionne pour faire bénéficier...

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles