More

    Saint-Denis : le récit d’Ahmed, blessé dans l’assaut

    Ahmed, voisin des terroristes de Saint-Denis, a été blessé dans l’assaut du Raid à Saint-Denis, le mercredi 18 novembre. Terrible ironie du sort : à l’issue de son audition, il s’est vu remettre une obligation de quitter le territoire français…Hôpital de la Pitié-Salpêtrière (Paris XIIIe), hier soir. Ahmed a pris une balle dans le bras gauche. Locataire sur le même palier que les terroristes, il les avait croisés la veille. Il a vu la mort venir le cueillir alors qu’il dormait, dans la nuit de mardi à mercredi, dans son modeste studio d’un immeuble vétuste de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis). Ahmed, un Egyptien de 63 ans, sans papiers, était logé sur le même palier que les terroristes présumés, ciblés par les hommes du Raid.

    Pour la première fois, alors qu’il a été blessé au cours de l’intervention policière, ce peintre en bâtiment, arrivé en France il y a neuf ans, revient sur le moment apocalyptique qu’il a vécu. « Il était environ 4 h 30 du matin. Il y a eu une explosion. Ma porte s’est ouverte. J’ai cru que l’immeuble était en train de s’écrouler ! J’ai voulu sortir. Des policiers avec des lampes torches m’ont dit de rentrer dans mon logement. Ils voulaient savoir si les appartements du palier communiquaient. Moi, je me suis tout de suite dit : Je vais mourir… » Abasourdi par la violence de la détonation, Ahmed se recroqueville alors sur son lit avant d’appeler à l’aide. « Je frappais sur les murs pour qu’on vienne me chercher, poursuit-il. Ensuite, je me suis mis dans un coin de mon studio, et les tirs ont commencé… »

    A lire également  La Syrie accuse la coalition d’avoir bombardé une de ses bases
    A lire également  France: Cazeneuve veut porter plainte contre Mélenchon pour diffamation

    «Ils s’étaient trompés de porte…»

    Le peintre en bâtiment voit des projectiles tirés depuis l’immeuble d’en face atteindre les murs du sien. Les snipeurs du Raid viennent d’engager le feu sur les terroristes retranchés, armés de kalachnikovs. Dans un geste de survie, Ahmed s’empare d’un morceau de bois et tente de se protéger derrière. Puis le déluge de feu gagne son logement. « Des balles ont touché le lavabo, la télé et le frigo, confie encore le sexagénaire, le regard un peu hagard. Je parlais aux policiers mais ils ne me répondaient pas. Si j’avais bougé, ils m’auraient tiré dessus. Les tirs provenaient de partout… »

    Leparisien.fr

    Articles récents

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles