Saison 2016-2017 : Le théâtre national Daniel Sorano sous le signe de l’ouverture

La cérémonie de lancement officiel du programme 2016-2017 de la Compagnie du Théâtre national Daniel Sorano a permis à la direction de décliner un projet artistique attrayant. Sahite Sarr Samb a révélé, par-delà la volonté de relance de la production manifestée depuis quelques années, des innovations stratégiques et une généreuse ambition de s’ouvrir aux troupes privées afin d’être conforme à sa mission de théâtre d’exploration, d’expérimentation et de conservation. Elle peut compter, dans l’accomplissement de cette charge, sur l’appui de l’Etat, qui a prévu une augmentation substantielle du budget, et sur ses partenaires.

Malgré les problèmes conjoncturels inhérents au contexte, la Compagnie du Théâtre national Daniel Sorano s’emploie à accomplir sa mission de promotion de la créativité artistique et de la diversité avec comme centralité la production. La volonté politique de l’Etat et les efforts internes déployés par la direction en termes de gestion administrative et de création participent, de manière décisive, à la relance de l’activité artistique. Les innovations apportées cette saison s’inscrivent dans la continuité d’une respectable tradition de performances.

La décentralisation culturelle est une des innovations majeures introduites par la direction. Ainsi, il est prévu des prestations de l’Ensemble lyrique traditionnel à Fimela et à Thiadiaye. La Troupe dramatique participera au festival « Casamance sur scène » pour présenter la pièce « Le choix de l’Ori ». Les régions de Thiès, Kaolack, Fatick, Saint-Louis et Louga accueilleront le ballet « La Linguère » et l’Ensemble lyrique pour un grand spectacle de musique et de danse. « Comme toutes les structures publiques, nous sommes à la croisée des chemins et faisons face à un contexte difficile. Mais, nous devons, avec l’appui des autorités et de nos partenaires, développer des stratégies pour des représentations à l’intérieur du pays », a souligné Sahite Sarr Samb, directeur général du Théâtre national Daniel Sorano.

Cette saison sera également marquée par l’ouverture du Théâtre national à des troupes privées comme celles d’Assy Dieng Bâ, de Farafina, de Kocc Barma de Rufisque, la Compagnie théâtrale Etoile d’Afrique ainsi qu’à l’Association des artistes comédiens du théâtre sénégalais (Arcots). Avec cette dernière, la troupe nationale dramatique présentera, à l’occasion de la Journée mondiale du Théâtre, le 27 mars 2017, la pièce « La tragédie du Damel Macodou ». Des journées portes ouvertes avec des expositions seront aussi organisées.

Jeune public
La direction a, en outre, concocté un programme pour le public jeune afin de l’intéresser davantage au théâtre. Ainsi, les mercredis des mois de janvier, février, mars et avril seront réservés à cette cible. Selon Sahite Sarr Samb, cela participe à l’éducation de la jeunesse sénégalaise. La compagnie sera accompagnée dans cet ambitieux programme par d’autres troupes, en sus de la reprise de pièces comme « Monsieur pots de vin et consorts », « Voix mêlées »…

La compagnie compte, par ailleurs, contribuer dans l’agenda culturel national. Les présentations de « Indépendance Tey » en sons et lumières, le 3 avril, de la fresque de musique traditionnelle intitulée « Ode aux héros nationaux » par l’Ensemble lyrique, de la pièce « No yem kepp » par la troupe dramatique, de « Ce qui nous lie » par le ballet national à l’occasion de la Journée internationale de la danse sont autant d’activités participant à l’intensité artistique de la compagnie et à la « réécriture de l’histoire de notre pays », pour ainsi reprendre M. Samb. La saison sera également marquée par le démarrage de la grande création théâtrale « Othello » en wolof, une œuvre de Shakespeare adaptée par le professeur Pathé Diagne. Le « Xawaré » annuel, prévu le 29 juillet, clôturera la saison.

Le secrétaire général du ministère de la Culture et de la Communication, Birane Niang, a réaffirmé la volonté de l’Etat d’appuyer, de manière conséquente, « ce théâtre chargé de mythes et de symboles conservant les richesses séculaires du Sénégal, reflétant son unité et constituant une réponse à la mondialisation ». Faire retrouver à ce « temple » son lustre d’antan, à l’en croire, est un acte de reconnaissance à Léopold Sédar Senghor. Alioune Badara Bèye, président du conseil d’administration du Théâtre national Daniel Sorano, s’est également félicité de ce soutien des autorités publiques qui n’ont pas hésité à ajouter une rallonge budgétaire en 2015 et à valider le projet de réhabilitation et d’équipement du théâtre. Il s’est également réjoui de « l’augmentation substantielle du budget prévu en 2017 ». Cela participe, selon lui, à faire de grandes productions. L’extrait de la pièce « La tragédie du Damel Macodou » dont s’est délecté le public augure une saison intense.

Lesoleil

Comments are closed.