Scission: La JDS quitte Manko Taxawu Senegaal

                                                                   Déclaration

Le Bureau exécutif de la Jeunesse pour la Démocratie et le Socialisme (JDS) s’est réuni  le mercredi 23 août 2017 de 16 H à 20 H à Dakar pour évaluer les élections législatives du 30 juillet 2017.  La direction du mouvement a apprécié l’organisation et les résultats du scrutin. Elle a aussi pris des décisions majeures dont la plus importante est le retrait de la JDS de la Coalition Manko Taxawu Senegaal et d’Initiative 2017.

La JDS dénonce la mauvaise organisation des élections par le ministère de l’intérieur. Cette mascarade électorale a été orchestrée par Abdoulaye Daouda Diallo avec la complicité de l’administration pour assurer une majorité confortable à Macky Sall et sa Coalition Benno Bokk Yakaar. La fraude massive a suscité l’indignation et la colère de tous les démocrates du pays. C’est par  des ordres de mission frauduleusement confectionnés et distribués aux  militants que  la Coalition au pouvoir a acquis sa victoire. Le scrutin a été émaillé aussi par la rétention des cartes d’électeur dans des zones où le régime n’était pas sûr de gagner. Les élections ont été sabotées à Touba pour réduire l’ampleur d’une défaite annoncée.  Le code électoral a été violé à la veille du scrutin. Le Conseil constitutionnel par un simple avis a légiféré à la place de l’Assemblée nationale. Ce fut un précédent dangereux par lequel on a permis à des personnes, en violation de la loi électorale, de voter par des récépissés, des permis de conduire et des passeports.  Où est passé le principe de la séparation des pouvoir qui est le fondement de toute démocratie ? Nous pouvons le dire, il n’y a qu’un seul pouvoir au Sénégal, celui de Macky Sall. La justice et le législatif sont  à la solde de Macky Sall et de ses humeurs. Le Sénégal est en passe de devenir une dictature.

La JDS rejette les résultats sortis du scrutin du dimanche 30 juillet 2017. Car, ces élections ne sont ni sincères, ni transparentes. Elles ne traduisent pas la volonté du peuple.  La JDS exige la démission d’Abdoulaye Daouda Diallo du ministère de l’intérieur. Il a manifesté son incompétence et son manque d’impartialité. S’entêter à le maintenir à la tête du ministère de l’intérieur, c’est menacer la paix civile dans notre pays. La responsabilité du président Macky Sall est engagée sur toute la ligne. Il doit appeler à des concertations sincères avec l’opposition sur le processus électoral.

Dans un autre registre, la JDS appelle l’opposition à reconnaitre son  manque de stratégie qui a facilité à Macky Sall  de réaliser sa forfaiture. L’opposition manque de vision stratégique et de combativité. La Coalition Manko Taxawu Senegaal doit s’en prendre à elle-même. En vérité, cette coalition n’en était pas une, elle a tourné autour d’un petit groupe qui pensait forger une légitimité à travers l’emprisonnement de Khalifa Sall. Cette Coalition manque de transparence et de cohérence dans sa démarche. Elle n’a ni projet ni structures politiques solides. Les investitures ont été faites dans le copinage et le clientélisme sans aucun critère politique, à part celui d’être l’ami de Khalifa Sall  ou membre de son cabinet.  Aucun critère politique valable n’a déterminé les investitures de Manko. Tout se déroule entre les mains d’un quarteron de dakarois qui pensent que le Sénégal se limite entre la Médina, Mermoz-Sacré cœur et l’Hôtel de ville. Ce petit groupe a décidé pour des milliers de militants sans leur demander leur avis. Il a refusé de rendre compte de ces décisions aux militants engagés dans la bataille depuis plusieurs mois. Aujourd’hui, il refuse d’évaluer le scrutin du 30 juillet 2017, sous prétexte que Khalifa Sall est en prison. Il a reproduit ce qu’il reprochait à Ousmane Tanor Dieng. Le Sénégal ne se limite pas à Dakar. Il faut de l’humilité pour gagner les grandes batailles politiques.

Au lendemain du scrutin, Bamba Fall et Barthelemy Diaz, sans demander l’avis des militants, sont partis voir Abdoulaye Wade pour présenter leurs regrets. Leurs propos n’engagent qu’eux leurs propres personnes. Il n’y a aucun regret à nourrir par rapport à ce qui s’est passé en 2012, si c’était à refaire, nous aurions fait la même chose. Nous ne nous sommes pas battus contre Abdoulaye Wade. Nous ne sommes pas battus pour Macky Sall. Nous luttons contre un système. Et le système de Wade  tout comme celui de Macky Sall sont fondés sur la corruption, l’accaparement des richesses nationales et le clientélisme. La JDS est un mouvement libre et autonome. Elle, seule, peut décider de son avenir. Personne ne peut l’engager dans aventures qu’elle ne maitrise pas. La JDS refuse  de confier son avenir à un quarteron de dakarois qui s’enfoncent dans une tour d’ivoire avec une arrogance à couper le souffle. La JDS ne travaille pas pour des personnes. Elle travaille pour un projet alternatif crédible capable de remobiliser les masses déçues par les politiciens professionnels. Le groupe autour de Khalifa Sall doit revenir à la raison et à plus d’humilité.

La Jeunesse pour la Démocratie et le Socialisme (JDS) a décidé de se retirer de la Coalition Manko Taxawu Senegaal et de la Coalition Initiative 2017. La JDS a décidé de recouvrer toute sa liberté d’action, de pensée et de mouvement. Le Secrétaire général de la JDS a engagé des consultations larges et profondes pour la réorganisation du mouvement. Dans les prochaines semaines, Dr Babacar DIOP annoncera aux Sénégalais, à travers une conférence de presse, la nouvelle direction qu’empruntera la JDS.

La JDS signale que la nouvelle position du mouvement, n’a rien avoir avec le combat pour la libération de Khalifa Sall. Elle continue de le considérer comme un détenu politique. La JDS sera de toutes les mobilisations pour la libération de Khalifa Sall.

Fait à Dakar, le 23 août 2017

Jeunesse pour la Démocratie et le Socialisme

               JDS

Contacts : 775410837/ 774380188

 

Commentaires

commentaires