SECURITE : Si l’armée française est «fragile», qu’en est-il de l’armée sénégalaise ?

Sujet : Embarquement du groupement proterre (21ème Rima) pour un déploiement sur l'aéroport de Bamako au Mali. Photo :WWW.DAKAR7.COM : Dans son dernier livre publié récemment chez Gallimard et intitulé : «La Dernière Bataille de France» aux allures de prophétie après les attentats de Paris, le Général Vincent Desportes se livre à un diagnostic sans complaisance. «Nous sommes revenus à l’époque de la Grande Illusion, les Français croient être protégés, ils ne le sont plus… Les armées françaises n’ont jamais été aussi fragiles», écrit-il. Mieux, dans un entretien accordé à francetvinfo, le Saint-Cyrien, professeur à Sciences Po, répondant à une question sur la sévérité de son jugement, détaille : «Les menaces s’accroissent et en particulier depuis deux ans. On peut dire, qu’autour de nous, le monde a pris feu, de l’Ukraine au Sahel, en passant par le Moyen-Orient. Et nos armées sont ‘’sur-déployées’’ par rapport à leurs capacités. Que ce soit sur mer, à terre ou dans le ciel, toutes nos armées sont en train de s’user. Je dirais même que la corde est sur le point de casser».

A la question de savoir quels sont les exemples concrets de cette ‘’usure’’, le Général répond : «On a des problèmes de matériels, même si cet aspect commence à être pris en compte. Au Mali, on peut rappeler que, pour l’opération Serval (2013-2014), les véhicules avaient deux fois l’âge de leurs conducteurs. Nos avions Rafale étaient ravitaillés par des avions qui avaient plus d’un demi-siècle, etc. A côté de l’armée ultra-moderne, qui existe, on a une autre grande partie que je qualifierais de vintage. Elle possède des équipements ‘’de collection’’. Et le budget actuel ne permet pas suffisamment d’approvisionner le flux nécessaire des pièces de rechange. De sorte que, dans nos armées, un avion sur deux ne peut pas décoller, un navire sur deux ne peut prendre la mer, et un char sur deux ne peut plus rouler. Dans certains cas, c’est même pire, comme pour les hélicoptères Tigre, par exemple : quatre appareils sur cinq ne peuvent pas prendre les airs».

Qualifiant cette situation de déraisonnable, le Général Desportes d’ajouter : «Or, nous devons faire face à de très nombreux déploiements sur les théâtres de conflit. D’ailleurs, le chef d’état-major lui-même le disait : les soldats français sont engagés dans 25 opérations différentes et nous avons 30 000 hommes impliqués, issus des trois armées, essentiellement de l’armée de terre. Tout cela a pour conséquence dommageable un sous-entraînement des unités. Il n’y a plus le temps de respiration indispensable pour que nos armées récupèrent. Car, une armée n’est pas une simple addition de soldats, c’est un ensemble qui doit s’inscrire dans un tout cohérent et produire une efficacité collective».

Pourtant, l’armée française est adulée par ses anciennes colonies, dont le Sénégal, qui n’hésitent pas à faire appel à elle en cas de crise – Côte d’ivoire, Mali, Centrafrique etc. Toutefois, même en métropole, personne n’aurait pensé que l’armée française est à un tel niveau de dénuement. Qu’en est-il de l’armée sénégalaise ? Il n’est point besoin de disserter pour répondre à cette interrogation car, il est de notoriété publique que l’armée sénégalaise est encore très loin de l’armée française à tous les niveaux.

www.dakar7.com

Comments are closed.