SI VOUS VOUS ÊTES DÉJÀ RÉVEILLÉ LA NUIT SANS ÊTRE CAPABLE DE BOUGER, VOICI CE QUE CELA SIGNIFIE

La paralysie du sommeil, est un trouble du sommeil qui se traduit par une incapacité de bouger ou de parler alors qu’on se sent conscient. Elle a lieu quand une personne passe entre les différentes phases d’éveil et de sommeil.

sommeil-932x477

 

Toute personne peut expérimenter un nombre de phénomènes étranges durant sa vie, avec en tête de liste, la paralysie du sommeil : ce sentiment d’incapacité à bouger ou à remuer le moindre petit orteil alors qu’on est tout à fait conscient de ce qui nous entoure est assez effrayant.

Si vous vous êtes déjà réveillé la nuit sans être capable de bouger, voici ce que cela signifie :

La paralysie du sommeil déclenche souvent un sentiment de terreur chez la personne qui la subit à cause du sentiment d’incapacité à contrôler son propre corps. En effet, la chose la plus effrayante est d’être conscient de tout qui vous entoure sans pouvoir bouger aucun membre.

Heureusement, ce phénomène commun mais très étrange est en réalité inoffensif. Il a lieu durant l’une des deux phases de sommeil suivantes : la phase hypnagogique (avant de sombrer dans le sommeil) et la phase hypnopompique (durant le sommeil paradoxal).

De façon générale, quand on commence à s’endormir, le corps entre dans un profond état de relaxation et le cerveau devient progressivement moins conscient de ce qui l’entoure. Or, pendant la paralysie du sommeil hypnagogique, le cerveau reste conscient tandis que le corps entre dans état de relaxation involontaire, et c’est là que la personne réalise qu’elle ne peut pas bouger malgré tous ses efforts, ce qui provoque souvent une sensation de panique.

D’un autre côté, nos muscles deviennent paralysés pendant le sommeil paradoxal (caractérisé par un mouvement oculaire rapide) pour qu’on ne bouge pas durant nos rêves. Dans le cas de la paralysie du sommeil hypnopompique, une partie du cerveau se réveille plus tôt que celle responsable de la paralysie du sommeil paradoxal, ce qui engendre un état d’éveil partiel sans aucun contrôle volontaire des muscles.

À qui cela peut-il arriver ?

Tandis que des personnes ne connaissent la paralysie du sommeil qu’une à deux fois durant toute leur vie, d’autres la subissent plus fréquemment, parfois même jusqu’à plusieurs fois par semaine. Selon une étude menée par l’Université de Penn State, près de 80% de la population subit souvent cette paralysie du sommeil, et les personnes souffrant de troubles nerveux tels que la dépression ou l’anxiété sont plus enclines à passer par des épisodes récurrents de ce phénomène.

Il existe également d’autres personnes à risque : celles sous certains traitements ainsi que celles qui souffrent d’apnée ou de tout autre trouble du sommeil.

Les facteurs de risque les plus communs incluent :

Le manque de sommeil

Des changements fréquents des horaires de sommeil

Des troubles mentaux tels que le stress ou le trouble bipolaire

Le fait de dormir sur le dos

Des problèmes de sommeil tels que la narcolepsie ou avoir des crampes aux jambes pendant le sommeil

Certains types de médicaments, incluant ceux du TDAH (Trouble du Déficit d’Attention / Hyperactivité)

Comments are closed.