More

    Singapour : «une seule Chine» et deux présidents qui se serrent la main

    ChineUn moment historique se joue ce samedi 7 novembre 2015 à Singapour. Le président chinois Xi Jinping s’entretient avec son homologue taiwanais Ma Ying-jeou. Les photographes ont immortalisé la poignée de main entre les deux frères ennemis. C’est la toute première fois que les numéros 1 de la République populaire de Chine et de la République de Chine se rencontrent depuis l’issue de la guerre civile, lorsque les deux entités se sont séparées de fait (1949), après la victoire des communistes de Mao et l’exil des nationalistes du président Chiang Kaï-chek sur l’île de Taïwan, qu’on appelait alors Formose.

    Dans la salle archi comble d’un hôtel de Singapour, terrain neutre, les présidents des « deux Chine », le Chinois du continent Xi Jinping et celui de l’île de Taïwan Ma Ying-jeou, se sont rencontrés ce samedi à Singapour. Une première historique, 66 ans après la victoire des communistes à Pékin et l’exil des nationalistes chinois du régime de Nankin sur l’île de Formose (Taïwan). Xi Jinping et Ma Ying-jeou ont déclaré qu’ils entendaient promouvoir la paix et la stabilité des deux côtés du détroit de Taiwan.

    Le protocole avait été discuté au cordeau, et les deux hommes ont dû adopter une terminologie toute particulière pour éviter d’accentuer l’impression de deux Etats séparés, s’appelant respectivement « monsieur » plutôt que « président ». « Nous sommes une famille », a déclaré le président chinois à son homologue taïwanais. « Aucune force ne pourra nous séparer (…) Le peuple chinois, des deux côtés du détroit, a la capacité et la sagesse de résoudre ses propres problèmes », a-t-il poursuivi, confiant que ce samedi était « un jour spécial ».

    Le président Ma a pour sa part déclaré : « Même s’il s’agit de la première rencontre, nous nous sentons comme de vieux amis. Maintenant, nous avons devant nos yeux les fruits de la conciliation au lieu de la confrontation. » Mais de pointer : « Les deux côtés devraient respecter les valeurs et les modes de vie de l’autre. »

    Le vieil espoir d’un retour au bercail

    En Chine, le rapprochement est largement suivi, et salué. Notre correspondante à Shanghai, Delphine Sureau, rapporte que CCTV s’est mise en édition spéciale ce samedi. Pour la télévision d’Etat chinoise, cette poignée de main est un tournant historique. Avant la rencontre, l’agence Chine Nouvelle semblait déjà impatiente et titrait : « 15 h à Singapour, LA rencontre entre Xi et Ma ». Pour le quotidien nationaliste Global Times, cette rencontre marque la victoire de la paix et de la raison, même si les indépendantistes taïwanais sont encore qualifiés d’extrémistes.

    Cette rencontre a également été le sujet le plus discuté du jour sur le réseau social chinois Weibo. En Chine, les internautes espèrent que le rapprochement va « enfin briser la glace ». « Le problème de Taïwan devrait être réglé, écrit un microbloggeur. On ne peut pas repousser indéfiniment sa résolution. » La réunification a le vent en poupe sur le continent, même si, on l’imagine, les commentaires contraires ont dû être effacés. Tout comme le petit drapeau taïwanais, soit l’ancien drapeau chinois, accroché à la veste de Ma Ying-jeou et qui a soigneusement été flouté dans les médias chinois en amont de la rencontre. La Chine a en fait imposé qu’aucun drapeau taïwanais ne soit filmé pendant la poignée de mains.

    A lire également  Attentats : le dispositif Sentinelle sera maintenu "tant que nécessaire", annonce Le Drian

    Une île tiraillée entre ses identités

    Pendant longtemps, Pékin s’est refusé à une telle rencontre au sommet entre les deux présidents. La République de Chine, alias Taïwan, c’est la survivance de l’ancien régime chinois, celui du parti Kuomintang. Depuis son arrivée au pouvoir à Taïwan en 2008, Ma Yin-jeou – qui est membre de ce parti représentant désormais la frange pro-chinoise de Taiwan -, a proposé plusieurs fois qu’un rendez-vous se tienne. Mais la Chine avait jusqu’ici toujours dit non, tout en acceptant d’autres entretiens. En mai dernier, par exemple, Xi Jinping s’était entrentenu en face-à-face avec Eric Chu, président du Kuomintang et candidat à la sucession de Ma Ying-jeou.

    Difficile de savoir ce qui a poussé Xi Jinping à franchir le cap. Le président chinois craint certainement de voir l’opposition remporter les élections législatives et présentielle du 16 janvier 2016 à Taïwan. Ce qui ruinerait les efforts de rapprochement avec Taipeh. En faisant ce geste, la Chine espère notamment freiner la montée du sentiment anti-chinois dans ce qu’elle considère comme l’une de ses provinces. L’arrivée massive de Chinois à la fin de la guerre civile n’a jamais totalement effacé la population autochtone de l’île de Formose, qui est aujourd’hui un véritable laboratoire en matière d’études identitaires. Une partie de la classe politique et de la population de l’île plaident pour un affranchissement d’une tutelle jugée pesante, et pour un aller simple vers la « taïwanisation ».

    A lire également  Premier affrontement musclé entre Hillary Clinton et Donald Trump

    Elections à Taiwan l’an prochain

    Faut-il ou non se réjouir de ce nouveau pas vers la Chine ? C’est donc la question centrale à Taiwan, où l’humeur du moment est plutôt à un certain « raz-le-bol » vis-à-vis de la Chine populaire. Jusqu’en 2008, ni la poste, ni les marchandises et encore moins les personnes ne pouvaient voyager directement, ni par avion, ni par bateau, entre Taïwan et la Chine. Aussi aberrant que cela puisse sembler, même les vols devaient passer par Hong Kong ou par le Japon. Or, depuis que le Kuomintang est revenu au pouvoir en 2008, pas moins de 23 accords ont été signés entre les deux rives du détroit et des liens directs ont été mis en place, rappelle notre correspondante à Hong Kong, Florence de Changy.

    Ce sommet est donc, en quelque sorte, l’aboutissement de huit ans de rapprochement, après une période d’alternance historique entre 2000 et 2008 (parti indépendantiste taiwanais Minjindang, le Parti démocrate progressiste en français). Mais au printemps 2015, le « mouvement des tournesols » est né en opposition à un énième accord Taïwan-Chine. L’impression populaire est que cette ouverture vers la Chine a surtout profité aux grosses sociétés proches du Kuomintang. Personne ne prédit pour autant un retour en arrière radical avec l’éventuel retour au pouvoir du parti indépendantise, dont la victoire semble acquise aux prochaines élections générales après sa victoire aux dernières municipales.

    Rfi.fr

    Articles récents

    PSG : Très bonne nouvelle pour Idrissa Gana Gueye

    Lors de la victoire du Paris Saint Germain (PSG) face à Nice 3-0, Idrissa Gana Gueye a été contraint de céder sa place à...

    LES NOMINATIONS DU CONSEIL DES MINISTRES DU 23 SEPTEMBRE 2020

    Monsieur Pierre FAYE, Conseiller des Affaires étrangères, matricule de solde n° 624.511/C, précédemment Ministre-Conseiller, Conseiller technique au Cabinet du Ministre des Affaires...

    COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU 23 SEPTEMBRE 2020

    COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU 23 SEPTEMBRE 2020 Le Président de la République, Son Excellence Monsieur Macky SALL,...

    FORMES SÉVÈRES DU CORONAVIRUS : UN NOUVEAU MÉDICAMENT À L’ÉTUDE AU SÉNÉGAL

    Aucun remède n’a, jusque-là, été trouvé contre le virus de la Covid-19. Pour autant, les scientifiques du monde entier se tuent à...

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles