More

    Soudan du Sud: les deux leaders appellent à un cessez-le-feu

    2067Au Soudan du Sud, Juba, la capitale a été le théâtre de nouveaux affrontements lundi 11 juillet, où des explosions et des tirs d’armes automatiques dans plusieurs quartiers de la ville ont eu lieu. Ces combats qui ont repris vendredi opposent les forces loyales au président Salva Kiir et les ex-rebelles de l’actuel vice-président Riek Machar. Les affrontements auraient fait près de 300 morts selon des sources locales, bilan qui pourrait s’alourdir puisqu’il concerne essentiellement les pertes de vendredi. Depuis, les appels au calme se sont multipliés et les deux leaders ont exigé, ce lundi, un cessez-le-feu.

    Ce lundi soir, c’est un calme précaire qui règne dans la capitale sud-soudanaise. Le président Salva Kiir et son vice-président ont une nouvelle fois appelé au calme et ce lundi ; ils ont chacun ordonné un cessez-le-feu à leurs troupes respectives.

    Salva Kiir a demandé l’entrée en vigueur du cessez-le-feu à 18h00, heure locale et dans l’après-midi, c’est aussi le puissant chef d’Etat-major de l’armée gouvernementale, Paul Malong, qui a demandé aux soldats de retourner dans leur caserne. Il a notamment fait savoir que ceux qui seront trouvés dans la rue ou en train de piller les maisons des habitants seront arrêtés et ceux qui résistent se feront tirer dessus.

    Depuis 14h00, heure locale, aucun coup de feu n’a été entendu, ce qui suggère une accalmie dans les affrontements, mais la tension reste vive.

    A lire également  Cambriolage à l'Enea: Les auteurs encourent dix ans de travaux forcés

    Ce matin, il était 9h00, heure locale, quand des tirs d’artillerie lourde étaient entendus au nord-est de la ville, près de l’aéroport et le quartier de Tomping, dans le centre. Des témoins ont évoqué aussi la présence d’hélicoptères de combat.

    Ce sont dans ces deux quartiers que se trouvent des bases des Nations unies et un site de protection des civils. Près de 7 000 habitants sont venus se réfugier dans ce camp de la Mission des Nations unies qui abrite déjà près de 30 000 personnes.

    A lire également  Proxénétisme: Un réseau nigérian démantelé à Kédougou

    Malgré ces violents affrontements dans les rues de Juba, le Comité international de la Croix-Rouge poursuit ses opérations humanitaires dans la capitale mais également à l’intérieur du pays où des affrontements sont aussi signalés.

    Joint par RFI, Jurg Eglin, responsable du CICR à Juba, nous explique que samedi, l’équipe a pu prêter assistance à des blessés et fournir du matériel médical à l’hôpital mais ils ont dû interrompre l’opération à cause de l’intensité des combats. Ils ont toutefois repris, timidement, ce lundi.

    Nos collègues de la Croix rouge nationale ont tenté des actions, timidement, ce lundi. Ils ont pu amener quelques blessés et du matériel vers les hôpitaux. Nous aimerions assister aussi des gens qui se trouvent dans deux sites de déplacés mais pour l’instant, c’est vraiment très timide encore.
    RFI

    Articles récents

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles