More

    Sport durant le Ramadan: Une pratique à haut risque

    Pratiquer le sport est chose habituelle au Sénégal. Si certains observent une pause durant ce mois béni, d’autres plus téméraires continuent de pratiquer  le sport durant la journée. Mais ceci n’est pas sans risque pour l’organisme qui a besoin de s’hydrater. Qu’est-ce qui incite certaines personnes à faire du sport à jeun?  Sont-ils conscients des dangers qu’ils encourent ? Pour trouver des réponses à ces questions,  Dakar7 est allé à la rencontre des sportifs.

    Ibrahima sow, est un adepte du sport. Âgé d’une vingtaine d’années, ce jeune homme de 1,77 m, rencontré aux environs de 20h près de la « Brioche Dorée » des Maristes, est vêtu d’une tenue de sport noir et blanc accompagné de chaussures basket. Il se rend a salle de sport habituelle située à quelques mètres de là. Interrogé, Ibrahima pense  qu’on peut bien pratiquer le sport en période de ramadan. Mais bien après la rupture du jeûne. « j’ai l’habitude. Non seulement je jeûne comme tout bon musulman mais aussi le sport est mon loisir et je ne peux pas m’en passer. Si je reste ne serait ce qu’une semaine sans m’entraîne, je commence à grossir. Disons que je le fais pour garder ma ligne. », dit Ibrahima avec ses 80 kg

    « Depuis le début du ramadan, la majorité de mes clients préfèrent rester chez eux »

    Il est 17 heures. Nous sommes au Club Fitness près du restaurant « Times square ». Cette salle de gym est fréquentée par toutes sortes de clients:  Artistes, politiciens, hommes, femmes, enfants…. A l’intérieur, la salle est remplie d’équipements de dernière génération: des barres de musculation, des poids, un Power Rack équipé d’une barre de traction et d’une barre à Dips, un banc de musculation, une ceinture lestée, un rameur… Ici, à 2 heures de la rupture du jeûne, il y avait quasiment personne dans la salle sauf Bernadette Mendy. Chrétienne de confession, cette dame s’entraîne sur le tapis roulant. Interrogé, le moniteur Abdoulaye Sow nous apprend que la majorité de ses clients viennent faire le sport après la rupture du jeûne. « A cette heure, il y a presque personne. Les gens viennent s’entraîner à partir de 20 h et ils peuvent rester jusqu’à 23 h. Cependant, depuis le début du ramadan, la majorité de mes clients préfèrent rester chez eux parce qu’ils ne peuvent pas jeûner et s’entraîner. Car, il  faut le dire, pour les gens qui associent le ramadan au sport c’est parce qu’ils sont des habitués », dit-il. Avant d’ajouter: « Seuls les chrétiens maintiennent  l’heure habituelle. Personnellement, je suis habitué du sport et cela fait 5 ans que je suis moniteur ici. D’habitude je fais de la gym le matin, l’heure ou personne ne passe, pour mieux me concentrer. Donc je ne fatigue pas trop avec le jeûne ».

    « La faim est une question psychologique »

    A lire également  Amsatou Fall : « Il faut que l'Etat sache que le sport est source de développement et d‘éducation »

    Contrairement aux autres, Ibou Diène , un jeune étudiant, la vingtaine, ne change pas ses habitudes durant le ramadan. Habitué à courir très tôt le matin (7h), Ibou ne trouve pas d’inconvénient à continuer à faire ses entraînements. « On dit souvent que le sport et le jeûne sont trop bons pour la santé, donc pourquoi négliger l’un d’entre eux. Mes amis me disent que je suis fou, parce que je fais du sport en période de ramadan. Mais, je leur réponds souvent: la faim est une question psychologique, si on y pense trop on n’arrivera pas à faire ce l’on veut. Pour moi,  l’essentiel est de boire beaucoup d’eau et de manger sucré à l’heure de la rupture », explique-t-il en nous assurant qu’il n’a jamais eu de problème de santé.

    « On ne peut pas jeûner du matin au soir et s’entraîner, c’est impossible »

    Astou Dia, la vingtaine, elle, ne compte en aucun cas faire le sport pendant le Ramadan. Rencontrée aux Maristes à la porte de sa maison, la dame est catégorique. « On ne peut pas jeûner du matin au soir et s’entraîner, c’est impossible pour moi. Durant tout le mois de Ramadan, je ne regarde même pas où se situe la salle de sport encore moins courir. », dit-elle. Avant de préciser: « Aussi, avec les préparatifs du « Ndogou » je n’ai pas le temps pour ça franchement. Déjà on perd de l’énergie en se privant de manger et de boire donc, il est clair que le sport est exclu de mes activités ».

     Babacar Ngom, médecin du sport : “S’entraîner entre 9 et 16h pendant le ramadan peut occasionner une mort subite”

    Durant le mois de ramadan, il faut courir moins et éviter de s’entraîner entre 9 et 16 heures. C’est une recommandation de Babacar Ngom, médecin du sport. « Il est également déconseillé de faire exactement les mêmes exercices physiques avec la même intensité durant le jeûne.

    Parce que la mort subite peut survenir à tout moment », dit-il dans les colonnes de « L’Observateur ».

    « Pendant le Ramadan, on se prive d’eau et d’aliments, de l’aube jusqu’au crépuscule. Alors qu’il est recommandé à un sportif de boire avant, pendant et après le sport. Il lui est aussi suggéré d’avoir une alimentation équilibrée. Et pendant le Ramadan, le sportif peut avoir un problème d’hydratation », explique-t-il. Et pour pouvoir réparer les pertes d’eau et de seuls minéraux, occasionnées par le sport, il faut beaucoup boire.

    « Donc, si on est en diète toute une journée, il va de soit qu’il est extrêmement difficile de faire des exercices d’endurance. C’est pour cela qu’il est conseillé de diminuer l’intensité des exercices physiques », conseille-t-il.

    En période de ramadan, dit-il, les sports recommandés sont les sports de natation.

    Dakar7.com

    Articles récents

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles