Sylvain Sankalé, critique d’art: « Un artiste (…) a obligation de gagner sa vie pour … »

Le marché de l’art contribue beaucoup à fausser le rapport de l’artiste avec son travail, a soutenu, jeudi, le critique d’art, Sylvain Sankalé, lors des rencontres mensuelles autour de l’art, à la Maison de la culture Douta Seck.
M. Sankalé qui introduisait le thème « Création artistique et marché de l’art : entre indépendance et compromission », a estimé que « l’artiste doit être authentique, vrai, et ne pas être contraint par le marché de l’art ».

« Un artiste, (…), a obligation de gagner sa vie pour pouvoir payer ses factures à la fin du mois et forcément, (…) il est obligé de plaire aux uns et aux autres, de complaire éventuellement aux uns et aux autres pour pouvoir arriver à quelque chose qui soit acceptable », a souligné Sylvain Sankalé par ailleurs collectionneur d’art.

Il a noté qu’il n’y pas de « réponse univoque » entre l’indépendance de l’artiste et la compromission. Pour lui, « il y a une différence entre indépendance et compromission, mais la difficulté, c’est de trouver la ligne de partage lorsqu’on est créateur (…) ».
Le critique d’art a souligné la nécessité pour l’artiste de savoir la voie à suivre pour ne pas être pris au piège par « ce qui est à la mode », « ce qui marche à l’étranger », entre autres.
« Le rôle des promoteurs, des galeristes et des critiques d’art, c’est d’arriver à mettre du lien entre le marché et son caractère extrêmement abrupt et difficile et les artistes qui ne sont pas nécessairement préparés à une vie économique et à des obligations économiques », a-t-il fait valoir.
« Le marché de l’art se fonde d’abord sur un marché, la capacité économique, (…), c’est d’abord le reflet de la situation économique globale d’un pays. L’Etat n’a rien à y faire, sauf à faciliter par la législation, la fiscalité, c’est une question d’offre et de demande, a dit Sylvain Sankalé.
Avec APS

Commentaires

commentaires