More

    Syrie : la Ghouta orientale, le verger de Damas qui, depuis six ans, résiste à Assad

    Autrefois connue pour ses arbres fruitiers, la Ghouta est depuis six ans le théâtre d’une des batailles les plus féroces de Syrie. Ces dernières semaines, Damas pilonne l’enclave, rendant la situation humanitaire « incontrôlable » selon l’ONU.

    Située à une vingtaine de kilomètres à l’est de Damas, ciblée par les raids aériens et les bombardements de l’armée syrienne, la Ghouta orientale est le dernier bastion d’envergure des rebelles près de la capitale. Une zone de 100 km2 aux mains de plusieurs groupes islamistes armés qui tiennent tête, depuis 2012, au régime du président syrien Bachar al-Assad.

    Ce dernier veut lancer une offensive terrestre pour mettre un terme aux tirs de roquettes qui visent fréquemment la capitale. Assiégée depuis 2013, la Ghouta orientale et ses quelques 400 000 habitants sont pris en étau tandis que leur situation humanitaire dans cette poche exiguë est devenue « incontrôlable », déplore l’ONU.

    • La Ghouta, un ancien « paradis terrestre » devenu théâtre de guerre

    Un enfer qui tranche avec l’image naguère associée à la Ghouta. Jusqu’au milieu du siècle dernier, la Ghouta était une zone agricole bucolique, plantée au milieu d’une zone aride. « Avant l’extension urbaine de Damas, qui a vu des petits villages d’agriculteurs être recouverts de béton à partir des années 1950 pour faire place à des banlieues informelles, la Ghouta était le verger de la capitale syrienne, une oasis formée par une rivière endoréique, le Barada », explique Fabrice Balanche, directeur de recherche à l’université Lyon-2, spécialiste de la Syrie et chercheur invité à la Hoover Institution-Stanford University, interrogé par France 24.

    A lire également  Convalescence: Ali Bongo quitte l’Arabie Saoudite pour le Maroc

    À la veille du début de la crise syrienne, en 2011, il ne restait plus quelques localités agricoles à l’extrémité est de la Ghouta. « Pourtant la Ghouta était la vision du paradis terrestre pour les envahisseurs arabes, qui, lorsqu’ils sont arrivés dans la région ont été subjugués par ses sources, ses ruisseaux, ses jardins, et ses abricotiers », insiste Fabrice Balanche.

    France24

    Articles récents

    L’ÉTAT DU SÉNÉGAL ASSIGNÉ EN JUSTICE

    Le Sénégal encourt la condamnation aux Etats Unis. Selon l’Obs qui cite Inner City Press, un média spécialisé dans la couverture des...

    OFNAC : 20 RAPPORTS REMIS AU PROCUREUR DE LA RÉPUBLIQUE

    Invitée de l’émission Objection (Sud Fm), la présidente de l’Office national de lutte contre la corruption Seynabou Ndiaye Diakhaté a révélé que...

    URGENT : Décès de Idrissa Diallo maire de la commune de Dalifort.

    C'est une triste nouvelle qui vient de s'abattre sur la coalition Taxawu Sénégal de Khalifa Ababacar Sall. En effet l'un de ses...

    LA NOMINATION DU CONSEIL DES MINISTRES DU MERCREDI 02 Décembre 2020

    Monsieur Abdoulaye DIASSE, titulaire d’un DESS en Finance et d’un Master en Banque, est nommé Secrétaire général du Fonds de Garantie des...

    COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU MERCREDI 02 Décembre 2020

    COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU MERCREDI 02 Décembre 2020 
    A lire également  CPI: Une bonne nouvelle pour Blé Goudé
    Le Président de la République, Son Excellence Macky SALL,...

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles