Syrie : le Français Salim Benghalem, cible de frappes

Suspecté notamment d’avoir été le geôlier de journalistes français otages en Syrie, Salim Benghalem aurait été la cible des deuxièmes frappes aériennes menées par la France au Moyen-Orient dans la nuit du 8 au 9 octobre. Les bombardements en Syrie auxquels la France a procédé dans la nuit du 8 au 9 octobre auraient eu une cible bien précise, d’après les informations du Monde. D’après le site d’information, et contrairement aux informations officielles, elles visaient un Français: Salim Benghalem. On ignore pour l’heure si l’homme a été touché. «L’ensemble de l’opération a (…) été, en grande partie, pensée autour d’un Français, Salim Benghalem, 35 ans, originaire de Cachan», dans le Val-de-Marne, assure le titre. Ancien proche des frères Kouachi, combattant dans les rangs de l’Etat islamique, il est soupçonné d’avoir été l’un des geôliers des quatre journalistes français, gardés en otage en Syrie entre juin 2013 et avril 2014.

Un homme surveillé de près

Depuis septembre 2014 son nom figure dans une liste noire du département d’Etat américain, qui regroupe les organisations et les terroristes les plus dangereux aux yeux de Washington. Le jihadiste français aurait, selon les Etats-Unis, un rôle actif de bourreau au sein de Daesh. Concernant l’opération qui s’est déroulée début octobre dans la zone de Rakka, Le Monde précise que le bâtiment qui a été touché le 8 abritait les combattants francophones. Mais, précise le titre qui assure que les autorités disposent d’informations précises sur les victimes, le sort de Salim Benghalem et de deux de ses proche restait pour l’heure inconnu.

Vers un lourd débat juridique ?

Comme l’explique le journal du soir, cette situation pourrait soulever un débat juridique. Si la France savait effectivement qui elle voulait tuer, si l’homme, mis en cause dans plusieurs procédures judiciaires dans l’Hexagone, et faisant l’objet d’un mandat d’arrêt international, a effectivement été tué, il pourrait s’agir d’une forme « d’exécution extrajudiciaire ». Le jeune homme habitait avec sa femme et ses deux enfants à Cachan, dans le Val-de-Marne, jusqu’en 2013. Décrit par ses proches comme « taquin », « musulman non pratiquant », et « fêtard », Salim Benghalem, qui avait été condamné à de la prison pour un meurtre commis en 2001, a été libéré en 2010 et n’a rien laissé paraître de sa radicalisation avant son départ pour la Syrie.

Bfmtv.com

Commentaires

commentaires