More

    Tabaski dans la division : l’économie mise à rude épreuve

    Usine bonUn jour qui vient, à l’instar de ce vendredi, s’ajouter à la longue liste des journées chômées et payées fériés au Sénégal qui sont au nombre de quinze et qui impactent négativement sur l’économie nationale en agonie. En effet, selon une étude de la Direction de la prévision et des études économiques(Dpee) de 2012, la perte annuelle due aux jours fériés serait de 0.01% du Produit intérieur brut (Pib) réel. Pis, ces congés payés coûtent par an à la production industrielle une perte de 2.6%.

    Un impair qui contraste d’avec les ambitions du Président Macky Sall qui, à travers son Plan Sénégal émergent (Pse), vise une croissance de 6 à 7% en 2015. Et qui met de l’eau dans le moulin des opposants qui parlent plutôt de chimère. Que faire alors pour que les Sénégalais, taxés de «peuple de farceurs et de flatteurs, de chanteurs et de danseurs» par le Professeur Omar Sankharé dans son beau roman ‘’L’Etat d’urgence’’, se mettent davantage aux travailleurs ?

    A lire également  Envois d’argent : Les ménages, parasites des transferts

    Certes, il urge de réduire drastiquement les jours fériés sur la base d’une large concertation mais, les politiques doivent aussi montrer la voie. En mouillant davantage le maillot au lieu d’octroyer quarante-cinq (45) jours de farniente au Gouvernement alors que dans chacun des départements ministériels les défis sont gargantuesques. Mais, nos dirigeants semblent ne pas mesurer l’importance de la tâche qui leur ait assigné. Sinon, ils auraient mesuré le poids de la balance en domptant tout leurs sens afin que le Sénégal soit sur la voie du développement.

    A lire également  Libye : le fils de Mouammar Kadhafi condamné à mort

    www.dakar7.com

    Articles récents

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles