More

    Date du fameux référendum : Quand le Président Macky Sall s’en-mêle les pinceaux !

    WWW.DAKAR7.COM Présidant, samedi dernier la cérémonie d’ouverture de l’Université d’Eté des jeunes de sa formation politique, le Président Macky Sall, se prononçant sur le fameux référendum, disait: «J’ai pris la décision de faire des réformes au niveau de la Constitution ; ils n’ont qu’à attendre que je dise ce qu’il y a lieu de faire. Ces agitations ne servent à rien parce que ce ne sont pas leurs sorties dans les radios et les télévisions qui me feront prendre une décision alors que l’heure n’est pas encore venue. Personne ne peut me forcer à dire que c’est demain le référendum, en vertu de quoi ? C’est moi qui l’ai décidé librement, qu’ils attendent».
    Autrement dit, le flou sur la tenue de la prochaine présidentielle va se poursuivre jusqu’à ce que lui, Macky Sall, décide, en fonction de ses intérêts du moment, d’y mettre un terme. Par ces propos, le patron de l’Apr semble perdre la tête car, même s’il est le garant de la Constitution, celle-ci est au dessus de lui. L’autre incongruité de cette sortie malheureuse est que le Président Macky Sall, qui va briguer un second mandat, est le seul parmi les potentiels candidats à la prochaine présidentielle à connaitre la date de ces joutes électorales. Une aberration, pour ne pas dire une forfaiture, dans une démocratie où les candidats à la magistrature suprême doivent compétir à chance égale.
    Mais, pour la prochaine présidentielle, qu’elle se tienne en 2017 ou 2019, les règles du jeu ont été faussé, dès le départ, par un président, élu à plus de 65% par les Sénégalais. D’autant que, dès son élection en 2012, le Président Macky Sall pouvait, s’il était vraiment décidé à réduire son mandat de sept à cinq ans, soumettre la question aux Sénégalais pour définitivement clore ce débat. Mais, le Président Macky Sall s’est lancé dans une traque des biens mal acquis – certes salutaires car les deniers publics doivent être utilisés à bon escient – aux résultats mitigés, eu égard à la manne financière mobilisée à cet effet, a préféré rangé aux calendes grecques les réformes constitutionnelles, gages de toute stabilité. Et ce, avec la complicité d’une opposition qui, apparemment, n’est pas prête à aller à des joutes électorales en 2017. Et le peuple dans tout ça ?  »That’s the question !
    www.dakar7.com

    A lire également  Quelle politique pour résorber le chômage des jeunes ?

    Articles récents

    PSG : Très bonne nouvelle pour Idrissa Gana Gueye

    Lors de la victoire du Paris Saint Germain (PSG) face à Nice 3-0, Idrissa Gana Gueye a été contraint de céder sa place à...

    LES NOMINATIONS DU CONSEIL DES MINISTRES DU 23 SEPTEMBRE 2020

    Monsieur Pierre FAYE, Conseiller des Affaires étrangères, matricule de solde n° 624.511/C, précédemment Ministre-Conseiller, Conseiller technique au Cabinet du Ministre des Affaires...

    COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU 23 SEPTEMBRE 2020

    COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU 23 SEPTEMBRE 2020 Le Président de la République, Son Excellence Monsieur Macky SALL,...

    FORMES SÉVÈRES DU CORONAVIRUS : UN NOUVEAU MÉDICAMENT À L’ÉTUDE AU SÉNÉGAL

    Aucun remède n’a, jusque-là, été trouvé contre le virus de la Covid-19. Pour autant, les scientifiques du monde entier se tuent à...

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles