More

    TOGO : Le FMI s’inquiète du niveau de la dette

    L’équipe du Fonds monétaire international (FMI), dirigée par Cemile Sancak, qui a séjourné à Lomé du 20 octobre au 2 novembre 2016 pour mener les consultations de 2016 au titre de l’article IV des statuts de l’institution n’a pas manqué de tirer sur la sonnette d’alarme sur le niveau d’endettement du pays.

    Même si pour le FMI l’économie togolaise a progressé, il reste que dans le même temps, la dette publique, incluant l’encours de la dette des entreprises publiques, s’est accrue, passant de 48,6 % du PIB en 2011 à 75,4 % du PIB en 2015, un taux bien supérieur au plafond de 70 % du PIB fixé par la commission de l’UEMOA pour la dette publique totale, reflétant l’impact des investissements dans l’infrastructure publique qui ont été financés aussi bien par l’emprunt intérieur que par l’emprunt extérieur.
    Certes, les acteurs économiques reconnaissent que ces investissements étaient nécessaires pour résorber les déficits en infrastructures de transport, mais les règlements importants du service de la dette, notamment les préfinancements, ont exercé des pressions croissantes et importantes sur le budget.
    L’équipe du FMI se réjouit de l’engagement ferme des autorités à mettre en œuvre les mesures nécessaires pour ramener la dette publique à un niveau viable et à mettre en œuvre des réformes structurelles clés.
    Pour le FMI, la réduction de la dette publique à un niveau soutenable est un objectif réalisable à moyen terme, si l’engagement renouvelé des autorités en faveur de la viabilité de la dette perdure. En effet, les autorités envisagent de réduire les dépenses en capital financées sur ressources intérieures et d’établir des partenariats avec le secteur privé ainsi que les partenaires techniques et financiers pour continuer à améliorer l’infrastructure. Elles recentreront leurs politiques sur des dépenses d’infrastructure financées de manière viable et des programmes sociaux ciblés tels que le Programme d’urgence de développement communautaire (PUDC) et le Programme d’appui aux populations vulnérables (PAPV). Le gouvernement identifiera ses priorités de développement dans le Plan national de développement (PND) 2018-2022 et traduira ces priorités dans le budget.
    Lejecos

    A lire également  Financement de l'AFD: 856,4 milliards injectés au Sénégal, depuis 2007, selon Aamdou Ba

    Articles récents

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles