More

    Traitement de l’information: Plaidoyer en faveur d’un autre regard sur les diasporas

    L’Observatoire des sénégalais de la diaspora l’Observatoire des Sénégalais de la Diaspora (OSD),  a rendu public son rapport suite à l’atelier de renforcement des capacités médiatique de trente (30) journalistes sur la collecte, le traitement et la diffusion de l’information venant des diasporas sénégalaises. Cette rencontre, qui s’est déroulée du 6 au 7 septembre 2018, a été une réussite, selon les organisateurs, au regard de la qualité des débats. 

    Organisée avec le soutien précieux du Haut Conseil des Collectivités Territoriales (HCCT), cette activité spécifique en faveur de la presse est une des conclusions des assisses de la diaspora sénégalaise du Benelux (Belgique – Pays Bas- Luxembourg) organisées le 17 janvier 2017 à Bruxelles. Lesquelles assises avaient permis, selon le document, de faire une immersion en profondeur sur les véritables enjeux du moment pour nos compatriotes vivant au Benelux et ceux installées dans les différents coins du monde.

    L’objectif de cet atelier était, entre autres, de combler un déficit constaté dans la posture des journalistes sénégalais, de diffuser l’information « utile » sur leurs diasporas mais surtout d’inciter, à travers un plaidoyer, les patrons de presse à mettre en place des « Desks Diasporas » dans leurs rédactions respectives et d’amorcer une nouvelle perspective dans la posture des journalistes vis-à-vis des diasporas en matière de traitement et de diffusion de l’information.

    Venu représenter le président du Haut conseil des collectivités territoriales, Mamadou DEME, membre de ladite institution, par ailleurs expert en migrations et développement et membre de la diaspora sénégalaise en France, a, dans son intervention, salué une telle « démarche » qui « est porteuse de sens, d’opportunités, de perspectives dynamiques et de lisibilités concrètes sur les rapports récurrents entre les diasporas et leur terroirs au Sénégal ». 

    A lire également  Suisse : une loi pour durcir le mariage entre Africains et femmes blanches

    Pour  rendre compte, de manière objective, informative sur des sujets relatifs aux diasporas, M. Dème pense que les journalistes « doivent maîtriser les grilles de lecture les concernant, connaitre les parcours migratoires, les itinéraires et le itinérances(…) ». Ils doivent aussi « pouvoir comprendre les relations affectives que portent les diasporas pour leur villages, leurs communes, leur pays et leurs réussites, leurs déceptions, leurs acquis, l’état de leurs rapports avec les pouvoirs publics sénégalais(…) », pour pouvoir faire un travail scientifique sur les diasporas. 

    Un avis partagé par Aboubacry NGAIDE, député de la Diaspora du département de l’Afrique du Centre. Toutefois, le parlementaire déplore le peu d’importance accordée aux émigrés sénégalais basés en Afrique. Pour lui, les médias devraient davantage s’intéresser à la migration sud/Sud qui constitue 70% de la migration des Africains.

    Le Conseiller des Affaires étrangères Principal, Conseiller Technique à la Direction Générale des sénégalais de l’Extérieur (DGSE), ne dit pas autre chose. D’après Mamadou Mounzir NDIAYE, il y a  un « besoin impérieux d’impliquer les médias dans les processus de lutte contre le phénomène de la migration ». Car, dit-il, « le monde est devenu un village planétaire. »

    L’atelier a connu un succès probant et a permis aux journalistes d’avoir une nouvelle vision dans la collecte, le traitement et la diffusion de l’information venant de nos compatriotes vivant { l’extérieur, c’est grâce { l’apport technique d’imminents formateurs en journalisme, Ibrahima Bakhoum et Tidiane Kassé, qui ont assuré la facilitation de ces deux journées d’échanges fructueux et décisifs dans la communication entre la presse sénégalaise et les diasporas.

    Dakar7.com

    Articles récents

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles