More

    Traités bilatéraux d’investissements du Sénégal : Comment éviter la jurisprudence de la société sud-africaine Kumba Resources

    Koumba

    Le Sénégal ne doit plus vivre la jurisprudence de la société sud-africaine Kumba Ressource qui avait réussi à faire condamner notre pays à payer la bagatelle somme de 400 milliards de FCFA pour rupture abusive de contrat.

    Pour ne plus vivre ce revers, Acces Partenership et le centre Africaine pour la pratique pour la pratique du droit international (ACILP) sont prêt à accompagner le Sénégal à améliorer ses investissements dans le cadre des traités bilatéraux internationaux estimés à  28 traités. Avec ce chiffre, notre pays est celui au sein de l’UEAMO qui a signé le plus grand nombre de traités et a un flux d’investissements directs étrangers ayant atteint  2,426 milliards de dollars en 2014. D’où la nécessité pour notre pays de s’orienter vers une politique de sécurisation desdits investissements.

    A lire également  Abdoulaye Makhtar Diop:"Yaya Jammeh a fait un mauvais choix en allant en Guinée Equatoriale"

    C’est dans ce cadre que Me Mouhamadou Kébé a déclaré en marge du forum qu’ils organisait en compagnie du  directeur du cabinet Acces Partenership, Abdou Khadre  et Madani Kane du Cabinet GENI & KEBE que le Sénégal doit d’évalue ses traités bilatéraux d’investissement (TBI) pour mieux les améliorer afin de profiter aux nombreux investissements. «Il ne s’agit pas de quantifier les pertes mais, il faut plutôt présenter la question en terme de risques dans la rédaction des contrats que le Sénégal signe. Nous avons tous suivi l’affaire du dédommagement de la société minière sud-africaine Kumba Resources », a-t-il confié aux micros de www.dakar7.com .

    A lire également  Référendum : Kara clame la victoire du camp de l’abstention

    dakar7.com

     

    Articles récents

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles