Triple attentat à Istanbul : au moins 41 morts, deux blessés légers français

istanbulL’aéroport international Atatürk d’Istanbul a été frappé par un triple attentat-suicide, mardi 28 juin, vers 22h, heure locale. Plus tard dans la soirée, le Premier ministre Binali Yildrim, qui est rapidement apparu sur place, a d’abord déploré la mort de 36 personnes, avant que le bilan ne soit réévalué à 41 morts et 239 blessés en fin de matinée ce mercredi. Un bilan encore susceptible d’évoluer. En déplacement à Lens, dans le Pas-de-Calais, le Premier ministre Manuel Valls a indiqué ne pas avoir « à ce stade » d’informations sur d’éventuelles victimes françaises de l’attentat. En début d’après-midi, le chef de l’Etat François Hollande a précisé le bilan, informant qu’il y avait deux blessés légers français, tout en indiquant qu’il ne disposait pas encore d’un bilan définitif. Un responsable turc a confirmé qu’un Iranien et un Ukrainien ont été tués. Des sources officielles ont indiqué un peu plus tard qu’au total, 23 Turcs et 13 ressortissants étrangers avaient été tués. Le récit de la soirée d’horreur s’est précisé à mesure que la nuit avançait. D’après les vidéos délivrées par les caméras de surveillance de l’aéroport et les enquêteurs, trois kamikazes ont fait leur apparition dans le hall de l’aéroport lourdement armés. Ils ont commencé à faire feu de tout bois, générant la réaction des policiers en poste sur place, avant de lancer des grenades. C’est après ces ripostes qu’ils ont déclenché leurs ceintures explosives, alors qu’ils se trouvaient aux postes de contrôles de sécurité. Cet attentat est le quatrième depuis le début de l’année, le premier à frapper l’aéroport Atatürk, le 11e au monde en matière de trafic, pourtant décrit comme étant à la pointe de la sécurité. Les autorités turques n’ont pas perdu de temps avant de pointer la responsabilité du groupe terroriste Etat islamique, qui, conformément à ses habitudes en Turquie, n’a pas revendiqué l’attaque. « Les indices pointent Daech », a affirmé le Premier ministre, faisant notamment référence à l’attaque de l’aéroport de Zaventem en Belgique, le 22 mars. Rapidement, les leaders du monde entier ont fait part de leur indignation. Réunis en sommet européen à Bruxelles, les chefs d’Etat européen ont bien évidemment condamné l’attaque. Le président français a évoqué « un acte abominable » quand le Président du conseil italien Matteo Renzi a eu des mots pour « le peuple turc frappé par cette nouvelle tragique ». De l’autre côté de l’Atlantique, les deux candidats en course pour la présidence des Etats-Unis ont évidemment réagi. Si Hillary Clinton a indiqué que « tous les Américains étaient unis derrière le peuple turc contre cette campagne de haine et de violence »,  son rival républicain Donald Trump a, comme à son habitude, repris son bréviaire contre l’attitude des pays attaqués par le terrorisme, se demandant, « quand le monde réalisera ce qu’il se passe ».

METRONEWS

 

Comments are closed.