More

    Troisième édition du festival Ciné droit libre de Dakar : Une plaidoirie pour un droit de vivre pour tous et par tous

    En prélude à la troisième édition Ciné Droit Libre qui démarre ce mercredi 21 septembre, les organisateurs dudit événement ont organisé une conférence de presse. Il s’agissait, en effet, de Didier Awadi du Studio Sankara, de Luc Damiba de Samfilms du Burkina Faso et des partenaires de l’Institut français de Dakar ainsi que l’ONG OSIWA. Placé sous le thème : « Droit de vivre : luttons contre l’extrémisme violent ! », cet édition s’inscrit dans la logique de la continuité mais avec la particularité de mettre un accent particulier sur l’actualité du moment marquée par la violence tout azimut. «Nous avons le droit de vivre », tonne d’emblée l’initiateur Luc Damiba qui est largement revenu sur la genèse de Ciné Dtoit Libre qui entend étendre ses tentacules un peu partout en Afrique. «Nous sommes déjà présents à Dakar, Ouaga, Abidjan, Bamako, etc. », avance-t-il, non sans souligner que la demande des autres capitales africaines se fait de plus en plus sentir. Une manière pour Didier Awadi du Studio Sankara de relever l’importance de la liberté d’expression dans notre continent mais aussi et surtout de lutter contre toute forme d’extrémisme violent. Il faut rappeler que les festivités démarreront ce mercredi avec la projection du film du réalisateur Tchadien, Mahamat Saleh, «Hissene Habré, une tragédie tchaidienne ». Ce film retrace l’arrestation au Sénégal de l’ancien dictateur tchadien Hissein Habré marque la fin d’un long combat pour les survivants du régime. Accompagné par le président de l’Association des victimes du régime d’Hissein Habré, Mahamat Saleh Haroun va à la rencontre des rescapés de cette tragédie qui portent encore les stigmates de l’horreur dans leur chair et dans leur âme. Cette troisième édition du festival ciné droit libre se tient à Dakar et en banlieue du 21 au 24 septembre 2016.

    Articles récents

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles