More

    Trump confie le département de la Sécurité intérieure à l’ancien général John Kelly

    Le président élu des États-Unis Donald Trump a nommé à son cabinet le général des Marines à la retraite John Kelly, au poste hautement stratégique de secrétaire à la Sécurité intérieure.

    Le président élu Donald Trump a formellement nommé lundi au poste de secrétaire à la Sécurité intérieure de la prochaine administration américaine, le général des Marines à la retraite John Kelly, 66 ans.

    Le général, qui a participé à l’invasion de l’Irak en 2003, aura pour mission prioritaire de « mettre fin à l’immigration illégale et de sécuriser nos frontières », lit-on dans un communiqué publié par son équipe de transition.

    L’ancien chef du Commandement Sud de l’armée américaine, qui était aussi responsable de la prison militaire controversée de Guantanamo, sur l’île de Cuba, devra aussi améliorer les relations entre les agences de renseignement et les forces de sécurité, ajoute l’équipe de Donald Trump.

    Le 3e officier supérieur à la retraite à intégrer le gouvernement

    A lire également  Présidentielle en RDC: Internet coupé, RFI brouillée

    John Kelly, dont un fils militaire fut tué en Afghanistan, est le troisième officier supérieur à la retraite à intégrer le gouvernement du président élu. Donald Trump, qui prendra ses fonctions le 20 janvier, avait auparavant choisi Michael Flynn comme conseiller national à la sécurité et James Mattis comme secrétaire à la Défense.

    Le président élu a officiellement nommé à ce jour dix des 15 membres de son « cabinet » présidentiel, ainsi que quatre des sept autres postes qui n’appartiennent pas formellement au cabinet mais ont un statut équivalent, comme l’ambassadrice à l’ONU ou le secrétaire général de la Maison Blanche.

    A lire également  Présidentielle en RDC: Internet coupé, RFI brouillée

    Mais si le milliardaire a puisé en dehors du vivier du Congrès pour la plupart des nominations, conformément à sa promesse de « curer le marigot » de Washington, il n’a pas oublier de « récompenser » les loyaux soutiens par de prestigieux postes, s’attirant les foudres de l’opposition démocrate.

    Avec AFP et Reuters

    Articles récents

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles