Tunisie: un « espion » de l’ONU libéré

Moncef Kartas, l’expert onusien detenu en Tunisie depuis fin mars pour des soupçons d' »espionnage », a été remis en liberté provisoire mardi, a annoncé le parquet, selon France 24

Il avait été arrêté en Tunisie le 26 mars et accusé « d’espionnage au profit de parties étrangères » par le ministère de l’Intérieur. Mardi 21 mai, l’expert germano-tunisien de l’ONU Moncef Kartas a été remis en liberté provisoire, a-t-on appris de source judiciaire.

« La chambre d’accusation a décidé de la libération provisoire de Moncef Kartas », a déclaré à l’AFP le porte-parole du parquet, Sofiène Sliti, en insistant sur le fait qu’il restait « poursuivi par la justice tunisienne« . Il a par ailleurs affirmé que l’expert, pour lequel l’ONU réclamait la libération immédiate et l’abandon des poursuites, n’était pas sous le coup d’une interdiction de sortie de territoire.

Membre d’un groupe de spécialistes chargés par l’ONU d’enquêter sur les violations de l’embargo sur les armes imposé à la Libye, Moncef Kartas est poursuivi pour avoir « collecté des informations en relation avec le terrorisme de façon non officielle, ce qui constitue un crime dangereux », selon le porte-parole du parquet

Commentaires

commentaires