More

    Turquie: La police turque arrête plus de 100 membres du parti prokurde HDP

    Les autorités turques ont interpellé plus d’une centaine de membres du principal parti politique prokurde (HDP) au lendemain du double attentat qui a tué 38 personnes à Istanbul, et revendiqué par un groupe radical kurde.

    La police turque a arrêté, lundi 12 décembre dans l’ensemble du pays, 118 membres du Parti démocratique des peuples (HDP, le principal mouvement politique pro-kurde) après le double attentatqui a tué 38 personnes et en a blessé 155 autres à proximité d’un stade de football d’Istanbul. Un attentat revendiqué par un groupe radical kurde, les Faucons de la liberté du Kurdistan.

    À l’aube, près de 500 policiers soutenus par des véhicules blindés et un hélicoptère ont lancé une opération dans la ville d’Adana, dans le sud de la Turquie, et arrêté 25 responsables du HDP, selon l’agence Anatolie. L’agence rapporte également que des unités antiterroristes ont interpellé 20 responsables de ce parti, qui représente la deuxième force d’opposition au Parlement à Istanbul, et perquisitionné plusieurs bâtiments.

    Dix-sept arrestations ont par ailleurs eu lieu à Ankara, la capitale, 51 dans la ville de Mersin (sud) et cinq dans la province de Manisa (nord-ouest), ajoute Anatolie. Les membres du HDP arrêtés sont soupçonnés d’appartenance au Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK), considéré comme un groupe terroriste par Ankara, ou d’en relayer la propagande.

    A lire également  Les trois enjeux du Sommet de la Francophonie

    Ces arrestations surviennent après l’attentat de samedi soir, qui a été revendiqué sur Internet par un groupe radical kurde réputé proche du PKK, Les Faucons de la liberté du Kurdistan (TAK).

    A lire également  Afrique du Sud : abandon des charges contre la tueuse d'un violeur

    Les deux principaux dirigeants du HDP, Selahattin Demirtas et Figen Yüksekdag, attendent déjà d’être jugés pour leurs liens supposés avec le PKK, qui a repris cette année la lutte armée contre Ankara après une trêve de deux ans.

    Le président turc Recep Tayyip Erdogan considère que le HDP est étroitement lié au PKK et a fait savoir qu’il ne considérait plus cette formation comme un interlocuteur légitime, qualifiant régulièrement ses membres de « terroristes ».

    En mai, le Parlement turc a voté la levée de l’immunité des députés menacés de poursuites judiciaires, une mesure contestée visant notamment les élus du HDP.

    Avec AFP et Reuters

    Articles récents

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles