More

    Un aperçu du niveau de biosécurité du laboratoire de Wuhan

    L’Institut de virologie de Wuhan est au centre de spéculations sur le COVID-19 à travers le monde. Certaines allégations disent que le coronavirus provient de son laboratoire et que ses chercheurs auraient secrètement vendu des animaux expérimentaux sur le marché des produits de la mer. Hu Chao, journaliste à CGTN, s’est rendu dans le plus haut laboratoire de biosécurité de l’Institut et s’est entretenu avec un haut responsable du laboratoire, qui a rejeté ces accusations. 

    Ce laboratoire national de biosécurité gère deux niveaux de laboratoires, P3 et P4. Le laboratoire P4, le laboratoire de biosécurité de niveau 4, est le niveau supérieur. Et pour beaucoup, cela peut sembler un peu mystérieux.

    La lettre P signifie « agent pathogène ». Plus le chiffre qui le suit est élevé, plus l’agent pathogène est dangereux. Une cote P4 désigne un laboratoire doté d’une zone de sécurité maximale. Et le bio-laboratoire de Wuhan est l’un des rares au monde avec une telle cote. 

    Yuan Zhiming, directeur du laboratoire national de biosécurité de Wuhan a déclaré : « L’épidémie de SRAS en 2003 a mis en lumière les faiblesses du système de santé publique chinois. C’est à ce moment-là que nous avons décidé de commencer à construire un laboratoire de biosécurité de haut niveau. »

    C’est un projet entre la Chine et la France, qui a mis 15 ans à voir le jour. Le laboratoire est devenu pleinement opérationnel en 2018. Pourquoi a-t-il fallu autant de temps ?  

    « En dehors de la complexité technique, nous avons également dû mettre en place des systèmes de gestion pertinents et former le personnel compétent pour assurer la sécurité des opérations. En 2018, nous avons finalement obtenu une accréditation nationale pour des activités expérimentales en laboratoire. Cela signifiait que la Chine aurait son propre laboratoire pour la recherche sur les virus mortels. Et le système de laboratoire de biosécurité de la Chine a commencé à prendre forme », a dit Yuan Zhiming. 

    Seul le personnel qualifié est autorisé à l’intérieur du laboratoire P4. Les employés doivent tous avoir une formation et une expérience approfondies en biosécurité. « Un laboratoire P4 est équipé d’une plate-forme de biosécurité pour s’assurer que les chercheurs sont à l’abri des agents pathogènes sur lequel ils travaillent et que les agents pathogènes restent dans le laboratoire. Nous disposons d’un système complexe pour l’électricité, la filtration de l’air, la douche d’urgence, les automatisations, la sécurité incendie et le maintien de la vie. Toutes ces installations constituent un espace confiné à pression négative », a dit Yuan Zhiming.

    Le laboratoire P4 est principalement utilisé pour la recherche sur les virus mortels, en particulier ceux qui n’ont pas de remède connu ou de vaccin. Il faut parfois près d’une demi-heure à une personne pour entrer ou sortir du laboratoire. Le personnel doit porter des combinaisons à pression positive, qui comportent des tuyaux d’alimentation en air respirable. Tous les déchets subiront l’élimination et la stérilisation en biosécurité par l’intermédiaire d’installations à haute température et sous pression. 

    A lire également  Urgent: Le prix Nobel d'économie attribué à Nordhaus et Paul Romer

    « Sans autorisation, même un moustique ne peut pas se faufiler dans le laboratoire et aucun de nos chercheurs ne peut en sortir même une goutte d’eau ou un morceau de papier. Donc, lorsque certaines personnes ont émis l’hypothèse que nous pourrions sortir des animaux expérimentaux pour les vendre ou que ces animaux pourraient s’échapper de notre laboratoire, ils n’avaient aucune idée de la gestion et des opérations de notre laboratoire », a-t-il dit. 

    Une vérification de sécurité complète est effectuée chaque année. Le complexe du laboratoire couvre une superficie de plus de 3 000 ㎡. La superficie du bloc central dépasse 1000 ㎡. Yuan Zhiming a expliqué : « En fait, le laboratoire est comme une boîte dans une boîte. Les gens l’imaginent peut-être comme une boîte noire secrète. Mais comme vous pouvez le voir, c’est un laboratoire très ouvert et transparent. Les gens de l’extérieur peuvent voir ce qui se passe à l’intérieur et vice versa. Nous espérons en faire une plate-forme pour les échanges internationaux et voir plus de scientifiques étrangers travailler dans notre laboratoire. » 

    A lire également  Génocide rwandais: le rôle joué par le mercenaire Bob Denard

    « Notre laboratoire fonctionne en toute sécurité et en conformité avec les règlements et les lois. Il n’y a pas eu d’accidents de fuites d’agents pathogènes ou d’infections humaines. Une éclosion et une pandémie causées par une maladie infectieuse sont au centre de l’attention du public. En raison de la peur et du sentiment d’impuissance et aussi du manque d’information, de nombreuses personnes ont naturellement tendance à établir un lien entre la région de l’éclosion de la pandémie et son laboratoire le plus proche. Au fur et à mesure qu’ils en apprendront davantage sur la situation et le laboratoire, les rumeurs se dissiperont progressivement », reprend Yuan, avant d’ajouter que les théories du complot ont stressé de nombreux chercheurs du laboratoire, alors même qu’ils concentraient leurs efforts pour lutter contre ce fléau. 

    « Tout le personnel scientifique, bien qu’il ait été lésé et stressé, s’est entièrement consacré à la course contre le virus. Nous avons obtenu de bons résultats dans l’établissement de modèles animaux, le développement de vaccins et la production d’antisérum. Nos kits d’essai ont été approuvés pour la production et l’application. Nos résultats sur les dépistages de médicaments antiviraux ont également été inclus dans les protocoles de diagnostic et de traitement du COVID-19 », a-t-il dit. 

    Yuan a également déclaré qu’un vaccin inactivé contre le COVID-19, mis au point par l’Institut de virologie de Wuhan, est maintenant entré dans la troisième phase des essais cliniques.

    Articles récents

    Exclusif-Air France licence 17 de ses employés à l’AIDB.

    L’horizon s’assombrit pour le personnel de la compagnie Air France au Sénégal. Selon des informations de Guestuinfo, la compagnie aérienne française a...

    Mariage : Mbathio reçoit 5 millions, une parure en or et une bague en diamant

    A l’heure où ces lignes sont écrites, Mbathio Ndiaye est en train de recevoir sa dot. Elle est composée d’une somme de...

    Moustapha Diakhaté: « C’est une escroquerie…! »

    L’ancien président du Groupe parlementaire Benno Bokk Yakkar, Moustapha Diakhaté n’accorde aucun crédit au rapport qui sera délivré par la mission d’information...

    Une plainte contre le ministre de la Justice du Sénégal au tribunal de Paris

    Me Malick Sall, ministre de la Justice du Sénégal, appréciera ! Le journaliste Adama Gaye n’a pas encore dit son dernier mot dans...

    CE QU’ON NE SAIT PAS DES 1086 MILLIARDS DE CHIFFRES D’AFFAIRES DE LA SONATEL

    En 2019, Sonatel avait déclaré avoir réalisé un chiffre d’affaires à hauteur 1086 milliards de F CFA. Cette somme déclarée avait suscité...

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles