Un citoyen Centrafricain apporte la réplique à Jean Paul DIAS

« Les mauvais danseurs accusent toujours leur pantalon », c’est par ce proverbial dicton que je commencerais mes propos en tant que panafricain, citoyen et fils de Centrafrique, pays de BOGBANDA et de « ZO KWE ZO ».

Venant à peine de tomber sur une vidéo et un article agressif qui a fait le show et la une des média sénégalais le weekend dernier, et ne pouvant rester indifférent, j’ai aussitôt pris ma plume et décidé de réagir de la plus humble et ferme manière, à ce que je qualifie d’offense et de manque de respect, d’abord, envers le peuple centrafricain souverain, mais aussi à toutes les femmes et mamans de Centrafrique.

En effet, Il s’agit bien des propos déplacés, mais relayés surtout par toute la presse dakaroise, de Monsieur Jean Paul DIAS (homme politique sénégalaisbnet ancien ministre), à l’endroit de l’ancienne Présidente de Transition Centrafricaine, Madame Catherine SAMBA PANZA, qui a été désignée par la Commission l’Union Africaine pour diriger la mission d’observation du récent processus électoral et législatif au Sénégal.

Pour cela, le moins que l’on puisse comprendre c’est que « Être en mission d’observation dans un pays, n’est pas synonyme d’aller se mettre dans tous les bureaux de vote et surveiller toutes les urnes à la fois », parce qu’il y’en a en millier.

Monsieur Jean Paul DIAS, du moment où la délégation de l’Union Africaine n’avait pour objectif que d’ASSISTER, d’OBSERVER et de FAIRE LE COMPTE RENDU de sa mission et que les membres de toutes les commissions électorales ainsi que ceux des centres de vote étaient des sénégalais, pourquoi vous en prendre alors à Madame Catherine SAMBA PANZA et dédouaner vos propres compatriotes qui seraient, au cas échéant, les premiers et vrais acteurs de ce que vous qualifiez de soi-disant « mascarade électorale » ?

S’il y’a contentieux électoral, les institutions ou organes compétents en gestion de la matière n’en manquent pas au Sénégal à ma connaissance.

Oui, en démocratie, il y’a toujours un perdant et un gagnant, mais tous doivent contribuer au développement de leur pays, d’où son sens de gouvernement du peuple par le peuple et pour le peuple.

Je me demande, si votre coalition arrivait à obtenir un meilleur résultat à ces législatives, quel serait le contenu de votre déclaration ? Allait-elle avoir la même agressivité ?

Non seulement, c’est déplacé de qualifier l’ancienne cheffe d’Etat Centrafricain d' »incapable » et dire qu’elle n’a pas été à la hauteur d’organiser des élections dans son propre pays mais c’est aussi méconnaitre l’histoire de la  Centrafrique et quand on ne connait pas grand-chose dans les archives, le passé et le vécu d’un pays, le minimum c’est de se réserver de toutes critiques et commentaires hasardeux, à moins qu’on soit en mesure de fournir des preuves objectivement vérifiables de nos déclarations.

« Les contextes électoraux en Centrafrique et au Sénégal ne sont pas les mêmes »

A Monsieur Jean Paul DIAS, je recommanderais de se référer aux déclarations de son compatriote Idrissa Seck (leader de Rewmi) qui a sans langue de bois fustigé la division dans les rangs de l’opposition lors de ces législatives au Sénégal, en ces termes : «  Si nous étions unis, est ce qu’aujourd’hui on serait en train de courir derrière un contentieux électoral à Dakar face aux 110.000 voix qu’ils nous ont donné et aux 50.000 voix qu’ils ont donné à Wattu Senegaal, la question était réglée. À Mbacké, à Diourbel, partout on serait en train de célébrer la victoire peut être la cohabitation. C’est bien de dénoncer la machine de fraude du camp présidentiel, mais c’est essentiel de connaître notre responsabilité dans cette dispersion complètement stupide de l’opposition »

Pour finir, «la valeur d’un politicien se mesure par sa faculté à apprécier le bonheur de la victoire tout comme la douleur de la défaite».

Thomas NGBONGA (Citoyen Centrafricain)

Commentaires

commentaires