Un Prof accusé de viol suivi de grossesse, détournement de mineure et pédophilie sur son élève de 16 ans

tribunalLe tribunal des flagrants délits de Dakar a connu, ce mercredi, d’une triste histoire de viol suivi de grossesse, détournement de mineure et pédophilie sur une mineure de 16 ans. «J’ai été abusée par le nommé Sidy Lamine Dia. Je suis élève en classe de 4e au Cem Joseph Corréa et le susnommé est mon professeur de français. Au début du mois de mars 2015, Monsieur Dia me demandait de passer chez lui pour y récupérer mes notes et je refusais toujours. Mais un jour, alors que je devais avoir cours à 12 heures, M Dia m’a demandé par un appel téléphonique de passer chez lui avant d’arriver à l’école. Une fois chez lui, il m’a demandé de coucher avec lui sinon il allait retenir mes notes de français. Nous sommes restés dans sa chambre où nous avons flirté avant qu’il ne me déshabille et s’est couché sur moi. Quelques instants après, il s’est levé et m’a remis un mouchoir pour me demander d’essuyer mes parties intimes. J’ai remarqué un liquide blanchâtre et gluant», raconte la fillette à la barre. Avant d’ajouter : «Après les vacances alors que nous communiquions au téléphone, M. Dia m’a sollicité un jour à la descente de l’école un peu après 14 heures et nous sommes allés ensemble à son domicile. Ce jour-là, nous avons flirté et avons eu un rapport sexuel. J’ai senti qu’il m’a pénétrée mais, cette fois-ci, il avait mis un préservatif. Je dois vous dire que nous avons eu très souvent des rapports sexuels dans sa chambre et dès fois il n’avait pas de préservatif mais, cela n’empêchait pas notre rapport sexuel».

Des arguments balayés d’un revers de main par le Professeur S. L. Dia en service au Cem Joseph Corréa depuis 2008. A l’en croire, il n’a jamais entretenu de relations sexuelles avec son élève qu’il ne faisait qu’encadrer sur insistance de sa mère, Sokhna Lô. Mais, cette dernière a indiqué que le mis en cause avait pourtant reconnu avoir couché avec sa fille. Mieux, poursuit-elle, le Professeur avait exigé un test Adn pour déterminer la paternité du père de l’enfant qui naitrait. Dans son réquisitoire, le Procureur a souligné que la conjonction sexuelle a eu lieu parce qu’un enfant est né. Avant de relever que le professeur n’a pas gardé la distance pédagogique qui existe entre l’élève et l’enseignant. «Il y a une relation amoureuse entre ces deux. Malgré tout, le prévenu continue dans ses dénégations systématiques. Les faits sont constants c’est pourquoi, je requière 5 ans de prison ferme», conclut le parquetier. Un avis que ne partage pas la défense qui considère que rendre visite à une personne, soit elle son professeur, ne veut pas dire qu’il y a forcément rapport sexuel. Ainsi, ils ont demandé à titre principal de renvoyer leur client des fins de la poursuite et, à titre subsidiaire, le test Adn.le délibéré est arrêté au 08 avril prochain.

WWW.DAKAR7.COM

Comments are closed.