Une pneumonie non COVID-19 sévit au Kazakhstan, le rôle douteux des laboratoires américains dans la région

Récemment, une pneumonie non identifiée, dont le taux de mortalité est supérieur à celui du COVID-19 est apparue au Kazakhstan, ce qui a attiré l’attention du public sur les laboratoires biologiques américains situés dans ce pays d’Asie centrale.

Le président kazakh Kassim Jomart Tokayev déclare qu’à l’heure actuelle, un virus inconnu de la pneumonie sévit dans son pays, selon un article publié le 11 juillet par le journal local «Régional». Des responsables du ministère kazakh de la Santé déclarent que durant le premier semestre 2020, le Kazakhstan a enregistré 98 546 cas de pneumonie dont plus de 600 décès rien qu’en juin. «Cette pneumonie est testée négative au COVID-19, mais le taux de mortalité est très élevé, » a déclaré le ministre de la Santé du Kazakhstan, Alexei Tsoi, avant d’ajouter que « nous surveillons cette pneumonie de cause inconnue ».

Les experts du ministère de la Santé du Kazakhstan estiment que cette pneumonie inconnue peut être une variante du COVID-19 ou être causée par un autre nouveau virus de la pneumonie.

Le Kazakhstan est situé dans les profondeurs du continent eurasien. L’apparition soudaine d’une pneumonie non identifiée a suscité à nouveau l’attention sur les laboratoires biologiques de l’armée américaine au Kazakhstan.

A l’instar du laboratoire biologique américain basé à Almaty, il a été créé en 2010 avec un investissement américain de 60 millions de dollars. À l’époque, les États-Unis ont annoncé qu’ils construiraient ici le plus grand laboratoire biologique d’Asie centrale, affirmant que la fonction du laboratoire était d’effectuer des recherches sur les virus extrêmement dangereux afin de s’en prémunir.

En 2016, l’agence de presse kazakhe Today a mené une enquête auprès des habitants d’Almaty. Les résultats montraient que 95% des personnes interrogées s’opposaient à la création du laboratoire biologique à Almaty, la région la plus peuplée du pays. L’ancien gouverneur de la région, Akhmetzhan Yesimov a déclaré que la décision de créer le laboratoire biologique avait été prise à son insu.

Selon un reportage de l’agence de presse russe Sputnik, les États-Unis ont ouvert plus de 200 laboratoires biologiques à travers le monde, et les pays concernés comprennent l’Ukraine, la Géorgie, l’Arménie, le Kazakhstan et l’Afghanistan. Le gouvernement russe estime que les États-Unis essaient de dissimuler le véritable objectif de leurs laboratoires biologiques dans le monde. La porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, souligne que les États-Unis avaient créé un certain nombre de laboratoires biologiques dans d’anciens pays soviétiques, ce qui avait attiré l’attention de la population locale. « Les États-Unis effectuent des tests viraux à des fins militaires dans ces laboratoires, cette hypothèse ne peut pas être écartée, » a-t-elle poursuivi.

Comments are closed.