More

    UNE TRENTAINE D’UNIVERSITAIRES PLAIDE POUR UN ALLÈGEMENT DES MESURES DE RESTRICTION

    « Dans le but de formaliser et valoriser les nombreuses réflexions de certains résidents de la deuxième Cité des Enseignants du Supérieur de Mermoz (ARCES), et apporter une contribution scientifique à la riposte contre le COVID-19, il a été mis sur pied un groupe de recherche interdisciplinaire dénommé GRI-COVID19-ARCES. » Composé d’une trentaine de professeurs spécialisés en médecine, pharmacie, biologie, sociologie, anthropologie, communication, droit, économie…, ledit groupe s’est penché sur la progression du Coronavirus au Sénégal et sur les pistes de sortie de la crise sanitaire évoquées ici et ailleurs.Sur la base de trois sous-groupes de travail (Médical-biomédical, Economie, et Sociologie-communication-histoire-droit), un premier rapport intérimaire a été ainsi publié le 27 avril 2020, consulté par Emedia.sn. En attendant les prochains rapports qui évoqueront le diagnostic, les traitements et d’autres aspects de la maladie, celui-ci porte essentiellement sur le confinement.

    
Emedia.sn vous en propose quelques extraits qui traitent, entre autres, de la cinétique de l’épidémie au Sénégal, des caractéristiques de notre système de santé, l’impact que pourrait avoir un éventuel confinement, sur l’accès aux soins, sur la mobilité des soignants, sur les pathologies liées à la sédentarité, ou encore sur l’immunité collective. Justement, à propos d’immunité collective et à l’instar des auteurs d’une tribune publiée sur Emedia.snet du Docteur Pape Moussa Thior, le GRI COVID 19 est également d’avis qu’il faut « laisser circuler le virus ». Et c’est une autre série d’arguments de poids développés par ces universitaires, en faveur d’un allègement des mesures de restrictions.


    CONFINEMENT TOTAL AU SENEGAL : EST-CE UNE STRATEGIE MEDICALEMENT PERTINENTE ?

    « Le confinement total est une stratégie de lutte contre une épidémie dont l’objectif est de ralentir la transmission de l’agent pathogène responsable de la maladie. Elle vise essentiellement à restreindre les contacts humains et à limiter les déplacements. Elle arrive au troisième stade de lutte après l’échec des mesures barrières, d’hygiène des mains et de distanciation sociale. Elle a été utilisée en Chine pour la première fois avec des résultats jugés satisfaisants. Il parait pertinent de s’interroger sur le timing idéal de ce confinement total : doit-on le mettre en œuvre tôt avant la flambée de l’épidémie ou attendre le début de la saturation du système ? Doit-il être mis en œuvre quand on a encore la carte du port généralisé de masques barrières à jouer ? Si on remet les choses dans leur contexte, le confinement total a essentiellement pour objectif spécifique d’éviter la saturation des structures hospitalières lorsque l’afflux trop massif de patients ne peut plus être absorbé par l’offre de soins disponible pendant la même période.

    Elle ralentit, endigue l’épidémie mais ne l’arrête pas. Cela explique sa mise en œuvre seulement après l’échec des mesures moins lourdes. En Chine le confinement a permis d’endiguer la maladie en deux mois et de reprendre progressivement les activités stratégiques dans le pays. Mais est-ce à dire que cette stratégie est pertinente pour un pays comme le Sénégal ? Le modèle de la Chine ou des pays du Nord peut-il être reproduit en Afrique en général ou au Sénégal en particulier ? La réponse à ces questions est loin d’être évidente. Pour y arriver il est nécessaire d’analyser les différentes variables qui entrent en jeu et dont la confrontation peut aboutir à une prise de décision objective. »

    La cinétique de l’épidémie au Sénégal 

    « Le Sénégal a enregistré son premier cas de coronavirus le 02 Mars 2020 et compte à ce jour (27 avril 2020) 736 cas dont 284 guéris et 09 décès (patients âgés de plus de 60 ans avec des comorbidités) après 55 jours d’épidémie. La communication du ministère ne permet pas de connaitre la proportion de cas sévères enregistrés. Cette communication suit le même format que celui des média occidentaux annonçant sans discrimination un nombre brut de décès au quotidien. Aucune identification ou récit précis n’est fait autour des victimes comme on le voit souvent en cas d’attentat. Frédéric Keck, directeur de recherches au Laboratoire d’anthropologie sociale (CNRS) faisait remarquer récemment l’absence totale de récits autour des morts du coronavirus. Les chiffres notés au Sénégal, par ailleurs identiques à ceux de la majorité des pays de l’Afrique subsaharienne ne sont en aucune façon comparables aux chiffres du reste du monde (Europe et Amérique du Nord). Et bien qu’il faille corréler ces chiffres à la disponibilité des tests en Afrique, la mortalité elle, reste un élément objectif et ne peut souffrir d’aucune sous-estimation.

    La saturation des systèmes de santé, d’ailleurs prévue par l’OMS et tous les observateurs internationaux, n’est observée nulle part en Afrique. Evidemment nous sommes d’accord que le nombre de cas est largement sous-estimé, évidemment que le dépistage est insuffisant mais aujourd’hui nous avons le recul nécessaire pour affirmer que cette pandémie a incontestablement un profil diffèrent en Afrique . Les raisons sont sans doute multiples mais il parait évident que la jeunesse de notre population est le facteur déterminant. D’autres facteurs pourraient entrer en jeu mais des études plus objectives permettront de les mettre en évidence. Parmi ceux-ci, il paraît pertinent de citer l’immunité à médiation cellulaire conférée par la vaccination au BCG notamment. Une évolution lente de la maladie favoriserait aussi l’immunité de groupe tant souhaitée qui nécessite d’atteindre un certain niveau de prévalence. En effet, le pic de l’infection serait prévu vers mi mai et fin juin (Ndiaye B. et al., 2020). »

    A lire également  Malick Lamotte : « Ayez confiance en nous !»

    Les caractéristiques du système de santé au Sénégal 

    « Au Sénégal l’organisation du système de santé est de type pyramidal avec une hiérarchisation de l’offre de soins allant des cases de santé aux hôpitaux de niveau 4. Cependant cette organisation est plutôt théorique car les patients arrivent très souvent directement à l’hôpital sans passer par les structures de niveau inférieur. De plus la pérennité des soins c’est à dire la disponibilité de l’offre 24 h / 24 n’est assurée quasiment que dans les hôpitaux. La médecine de famille est quasiment inexistante. Les soins pré-hospitaliers (SAMU, SOS) ne sont pas encore bien installés et leur coût les rend difficilement accessible à une partie importante des sénégalais. Ainsi la grande majorité des patients qui viennent à l’hôpital en urgence sont amenés par des taxis. »

    A lire également  Malick Lamotte : « Ayez confiance en nous !»

    Impact du confinement sur l’accès aux soins 

    « Conséquence de l’organisation de notre système sanitaire, un confinement va nécessairement limiter l’accès aux soins , notamment les patients qui se présentent en situation d’urgence. De plus, beaucoup d’hôpitaux notamment à Dakar traitent des patients atteints de Covid 19 alimentant ainsi la peur chez la population qui ne viendra à l’hôpital que contrainte et forcée. Par conséquent nous risquons une surmortalité et une morbidité supplémentaire pour les pathologies autres que le COVID 19. La réduction des activités programmées notamment les consultations et les chirurgies pourrait renforcer ces craintes. Aussi, les changements d’horaires de travail de certaines officines de pharmacie tenant compte des difficultés de mobilité de certaines catégories d’employés contribuent dans une certaine mesure à retarder l’accessibilité géographique aux médicaments et autres produits de santé en cas d’urgence. »

    Impact du confinement sur la mobilité des soignants 

    « La raréfaction des moyens de transports va rendre plus difficile l’accès des soignants aux structures hospitalières. En effet la grande majorité des personnels de soins emprunte les transports en commun pour aller à leurs lieux de travail. Ces problèmes de mobilité imposeront nécessairement des modifications des plannings de travail qui n’obéiront plus à des impératifs purement médicaux. Toutes ces difficultés cumulées seront responsables d’une fatigue surajoutée toujours délétère à la bonne marche des soins. »

    Impact du confinement sur les pathologies liées à la sédentarité 

    « Le confinement pourrait être à l’origine d’une sédentarité plus importante au-delà d’une certaine durée. L’absence d’activité physique régulière pourrait déséquilibrer des pathologies comme le diabète ou entrainer l’augmentation des pathologies cardio-vasculaires. »

    Impact du confinement sur l’immunité collective au COVID 

    « Les infections virales confèrent après une certaine durée une immunité collective. L’installation de cette immunité nécessite une circulation du virus chez une proportion assez importante de la population. Le confinement en ralentissant la transmission de la maladie va également entraver cette immunité collective et par conséquent favoriser une pérennisation de l’épidémie. »

    CONCLUSIONS ET RECOMMANDATIONS 

    « Plusieurs analyses scientifiques ont montré que la propagation du virus obéit à un modèle presque constant dans tous les pays. Au Sénégal, et en Afrique la cinétique de l’épidémie est beaucoup plus modérée qu’ailleurs. Le confinement général tant galvaudé au Sénégal obéirait-il à une logique purement médicale ? Un confinement, a pour objectif de ralentir la transmission de la maladie. Mais où est la nécessité de ralentir une cinétique qui est déjà très lente avec un système de santé qui n’a jamais été débordé ? De plus, ses effets collatéraux néfastes sur le système hospitalier pourraient à terme entrainer une mortalité hors Covid plus importante que celle liée au Coronavirus. Enfin, le confinement pourrait ralentir l’installation de l’immunité collective qui est absolument nécessaire en l’absence de traitement clairement identifié . Au vu de toutes ces données un confinement total nous parait non pertinent dans la situation actuelle. »

    Alléger les mesures de restrictions

    « Nous préconisons d’alléger avec intelligence et de façon concertée certaines mesures de restriction collectives et de promouvoir rigoureusement les mesures barrières individuelles qui peuvent être efficaces et suffisantes. En particulier, il nous semble sage de rendre disponible des masques barrières de qualité avec une bonne communication sur leur bon usage et d’évaluer leur impact ainsi que celui des autres mesures de lutte entreprises jusqu’ici. Cependant nous recommandons de protéger les groupes à risque notamment les personnes âgées et porteuses de comorbidités avec un système de confinement adapté à leur situation. Faudrait-il utiliser le ressort de la peur ou de l’émotion pour faire adhérer aux prochaines mesures ? La peur pourra faire modifier les comportements à court terme mais à long terme, cela peut être contre-productif car personne ne peut vivre constamment dans la peur. Et au bout d’un moment, le risque est que s’élaborent des contre-récits qui, pour juguler la peur, peuvent déboucher sur des comportements peu rationnels comme le souligne Jocelyn Raude (EHESP). Enfin, il convient de rappeler que l’acceptation des mesures de santé publique et leur mise en œuvre, implique que la population soit convaincue de leur efficacité et puisse en supporter les effets indésirables inévitables. »

    Articles récents

    Mercato : Accord trouvé pour Kalidou Koulibaly

    Liverpool serait sur le point de boucler l’arrivée de Kalidou Koulibaly. L’offre du club anglais faite au club italien pour le défenseur...

    Kim Kardashian Dégoûtée De La Mort De George Floyd

    Kim Kardashian a dénoncé le «  racisme systémique  » sur Twitter ce samedi au milieu de manifestations généralisées après le meurtre de George...

    Les raisons de l’arrestation musclée d’Assane Diouf

    Élargi de prison le 8 janvier 2019, l'activiste Assane Diouf est à un pas d'y retourner. Ce, à la suite de son...

    Accident chantier de Sen’Eau à Joal : L’identité des victimes connue

    Nous en savons un peu plus sur l'identité des trois agents (dont un de la société Sen’Eau et deux sous-traitants), qui ont...

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles