More

    Université d’été du Ps : Ousmane Tanor Dieng chante les louanges du Président Macky Sall

    TanorDans un discours fleuve aux allures d’un cours magistral, le Secrétaire général du Parti socialiste (Ps), s’adressant, ce samedi, à ses camarades, lors de l’ouverture de leur Université d’Eté, n’a pas manqué de vanter les projets initiés par le Président Macky Sall depuis son élection en 2012. Même s’il ouvre son discours sur la nécessité de repositionner les partis politiques au cœur de l’action sociale, il n’en demeure pas moins qu’il fait la part belle à Macky Sall relativement au Plan Sénégal émergent (Pse), aux performances notées dans l’agriculture, aux bourses de sécurité familiale etc. Morceaux choisis…

    Repositionnement des partis politiques au cœur de la vie sociale

    «Les défis de notre époque soulignent l’impérieuse nécessité de repositionner les partis politiques au cœur de la vie sociale en renforçant le lien de confiance avec les citoyens. Pour ce faire, les formations politiques doivent penser des solutions durables qui permettent d’engager leur nation sur une trajectoire de réussite. Le parti socialiste sénégalais a toujours inscrit sa démarche dans cette dynamique. Portant nécessairement sur plusieurs axes, cette démarche consiste à identifier et à mettre l’accent   sur les défis sociaux, économiques et politiques auxquels le Sénégal et, dans une perspective plus large, l’Afrique se trouvent confrontés. Notre projet de société, notre doctrine, le socialisme démocratique et l’internationalisme auquel il est consubstantiellement lié, nous commandent d’inscrire nos politiques dans une perspective d’intégration africaine. L’actualité de cette pensée et les considérations précédentes justifient le choix du thème de l’université d’été, « le PS face aux défis politiques, économiques et sociaux au Sénégal et en Afrique».

    Macky : le bon élève – Me Wade : le mauvais

    «Notre pays a enregistré en 2012, avec l’arrivée du Président Macky SALL à la tête de l’exécutif, de nouvelles orientations politiques, économiques et sociales qui ont été formulées pour prendre en compte les nombreuses insuffisances notées dans la gestion du régime libéral d’Abdoulaye WADE. L’action gouvernementale porte la marque de réalisations tangibles et de perspectives prometteuses qu’il convient de reconnaître et d’encourager sans pour autant perdre de vue que les attentes de nos compatriotes sont multiples et légitimes et que des défis inhérents au contexte national, régional et international demeurent et qu’il faut les avoir à l’esprit, les analyser et, si possible, anticiper sur leurs conséquences prévisibles».

    Rupture dans la gouvernance

    «Parmi ces défis, il y a bien sur celui de la gouvernance. La première de nos tâches en tant que socialistes, c’est de faire partager l’idée que pour relever ce défi, il faut s’adosser sur un nouveau cadre institutionnel porté par de nouveaux instruments qui doivent marquer une véritable rupture. Cette rupture que nous tirons de nos expériences passées est un défi de gouvernance, celui de la capacité de notre pays à se doter d’institutions légitimes et crédibles pour assurer l’ancrage irréversible de notre pays dans la République. En terme d’objectifs, il s’agit de se doter de règles et de modes de gouvernance acceptés, partagés et respectés par tous les acteurs de la vie nationale. Il s’agit là d’un enjeu considérable du prochain référendum sur les réformes institutionnelles, référendum qui permettra à notre pays de se doter d’une Constitution qui, à défaut d’être intemporelle, va asseoir les bases d’un consensus durable sur nos institutions.

    En droite ligne de ces réformes institutionnelles, il nous faut faire plus d’efforts dans la lutte contre la corruption et le gaspillage des ressources publiques et pour la promotion de la bonne gouvernance et engager une réflexion sur notre système politique qui, à bien des égards, semble s’être essoufflé. Cette réflexion concerne aussi bien les partis politiques et leur nombre, le mode de scrutin que le financement des partis politiques et des campagnes électorales, toutes questions qui, comme chacun le sait, contribuent à l’approfondissement de la démocratie et à la moralisation de la vie publique».

    A lire également  France-Afrique: Rama Yade cherche à se faire sponsoriser par des palais africains

    Le Pse : un plan qui a permis de renouer avec la planification

    «En 2012, avec l’élection du Président Macky SALL, de nouvelles orientations économiques sont formulées, prenant en compte les nombreuses insuffisances qui ont caractérisé la gestion du régime vaincu, notamment sur les plans économique et social. Des projets phares sont lancés (14/27), de nouvelles réformes majeures sont entreprises dans le cadre du Plan Sénégal Emergent (5/17) dont le premier mérite a été de permettre à notre pays, après la parenthèse libérale, de renouer avec la planification considérée comme un instrument pour agir sur le présent et pour anticiper l’avenir. Articulés autour de trois axes :   transformations structurelles de l’économie et la croissance avec 6439,27 milliards ; capital humain, protection sociale et développement durable avec 2520,49 milliards ; enfin, gouvernance, institutions, paix et sécurité avec 725,972 milliards, le PSE évalué à 9685,7 milliards selon les données du gouvernement du Sénégal, avance une prévision de taux de croissance moyen de 7%.

    A lire également  Hydrocarbures : Kosmos Energy poursuit ses explorations au Sénégal

    Si le PSE a le mérite de proposer une vision à long terme, une programmation chiffrée et des mécanismes de mobilisation des ressources financières, et bénéficie de la confiance de la communauté internationale, sa mise en œuvre appelle , une réflexion de chaque partenaire de la coalition BBY et une contribution de toutes les forces vives du pays à ce débat que ne peuvent manquer de susciter les enjeux d’une entreprise aussi complexe. À notre avis, l’étude des donnés composant ce Plan à long terme et l’examen de la situation de notre pays, commandent la construction d’un modèle de croissance plus large et plus inclusif. C’est pourquoi, il faut saluer les résultats déjà obtenus pour l’agriculture de notre pays, notamment pour la présente campagne agricole et dans le processus d’autosuffisance en riz. Le modèle de croissance doit aussi avoir comme épine dorsale l’Éducation, la Santé, le Tourisme, les technologies (développement des secteurs secondaires et tertiaires), les infrastructures, l’énergie et la contribution de la diaspora».

    Les Bourses de sécurité et la couverture maladie universelle vantées

    «Les pouvoirs publics au Sénégal ont toujours ambitionné de mettre en œuvre des mesures sociales conformes aux principes de partage et de solidarité. ‘’Chacun de nous est responsable de tous’’ : ce mot de Antoine de Saint Exupéry correspond à l’esprit qui doit animer les pouvoirs publics quant à cette question sociale. La protection sociale, organisée à travers un certain nombre d’institutions, d’outils et de mécanismes appropriés, œuvre pour offrir des ressources matérielles et financières ainsi que des services adaptés aux personnes   vivant dans la précarité, ou exposées à des risques divers. La Protection sociale, on ne le répétera jamais assez, repose fondamentalement sur la solidarité.

    C’est ainsi que le Sénégal a intégré, dans le PSE, et il faut s’en réjouir, des programmes originaux, mais surtout audacieux tels le Programme National de Bourses de Sécurité Familiale (PNBF), la couverture maladie universelle (CMU), du programme minimum vieillesse et enfin la revalorisation des pensions de retraites. Ce sont des mesures significatives et salutaires, pour les couches vulnérables. Une autre initiative de l’Etat du Sénégal qui mérite d’être signalée : la gratuité des soins de santé pour les enfants dont l’âge est compris entre 0 et 5 ans. Toutefois cette initiative salutaire gagnerait à être plus effective, par une large campagne de communication aux ayant-droits potentiels, pour renforcer la protection des familles, notamment des familles vulnérables».

    www.dakar7.com

    Articles récents

    Exclusif-Air France licence 17 de ses employés à l’AIDB.

    L’horizon s’assombrit pour le personnel de la compagnie Air France au Sénégal. Selon des informations de Guestuinfo, la compagnie aérienne française a...

    Mariage : Mbathio reçoit 5 millions, une parure en or et une bague en diamant

    A l’heure où ces lignes sont écrites, Mbathio Ndiaye est en train de recevoir sa dot. Elle est composée d’une somme de...

    Moustapha Diakhaté: « C’est une escroquerie…! »

    L’ancien président du Groupe parlementaire Benno Bokk Yakkar, Moustapha Diakhaté n’accorde aucun crédit au rapport qui sera délivré par la mission d’information...

    Une plainte contre le ministre de la Justice du Sénégal au tribunal de Paris

    Me Malick Sall, ministre de la Justice du Sénégal, appréciera ! Le journaliste Adama Gaye n’a pas encore dit son dernier mot dans...

    CE QU’ON NE SAIT PAS DES 1086 MILLIARDS DE CHIFFRES D’AFFAIRES DE LA SONATEL

    En 2019, Sonatel avait déclaré avoir réalisé un chiffre d’affaires à hauteur 1086 milliards de F CFA. Cette somme déclarée avait suscité...

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles