More

    VICTIMES DE COVID-19 : LES LARMES D’ABDARAHMANE NGAÏDE

    Lr du temps, émission d’Alassane Samba Diop, sur Iradio et Itv, de ce dimanche, 7 juin, a été forte en émotions. Un des invités, l’historien Abdarahmane Ngaïdé a versé de chaudes larmes, narrant son vécu de la Covid-19.

    Depuis le début de la pandémie, l’écrivain a pris l’option d’être en contact avec la population notamment ceux qu’on peut appeler les invisibles, se présentant comme un « gendarme anthropologique ».

    Interpellé sur ce comportement dans la rue, Ngaïdé a commencé par s’incliner sur la mémoire des victimes, dont ses proches, du virus qu’il appelle ‘’Wuhan le terrible’’. « J’ai été comme tout le monde touché de très près. Puisque, j’ai un cousin qui a disparu en France et dont le corps est resté, et il était réfugié depuis 35 ans. J’ai un ami, Abdarahmane Faye, technicien de l’agriculture, qui est le 33e cas de décès. J’échangeais avec lui, (il coupe, en larmes), de 18 heures à 20 heures sur l’agriculture sénégalaise, terrassé lui aussi. J’ai eu aussi la chance ou la malchance d’assister à l’enterrement d’un anonyme atteint, le jour de la korité. C’est pourquoi lors du caillassage des sapeurs-pompiers, cela m’a fait lourdement pleurer puisque j’avais assisté à quelque chose d’extraordinaire. La mère de mes enfants travaille dans le coronavirus, mes collègues professeurs de médecine risquent leur vie chaque jour dans un lieu qui était sûr, l’hôpital. Aujourd’hui, l’école n’est plus sûre. Moi, en tant qu’historien est-ce que je dois avoir la sûreté d’observer ma société et de rendre compte des bruissements qui sont là. »

    A lire également  Cheikh Diop à Macky Sall: " l'Etat du dialogue sénégalais traîne un lourd passif social"

    Son co-débatteur, l’artiste Idrissa Diop, arborant sa casquette d’écologiste, plaide pour la préservation de la nature.

    En écho, Ngaïdé parle de « retourner vers cette chose que nous avons laissé partir. » Parce que, motive-t-il : « moi qui traverse depuis deux mois Dakar-Toubab Dialao en m’arrêtant à Rufisque, Bargny et Diamniadio, je suis à l’intérieur de la société, prenant les ‘’Ndiaga Ndiaye’’ et les clandos, je me bats à l’intérieur. Je surveille. (…) Puisque l’histoire n’existe plus. Ce qui existe, c’est la mémoire. Maintenant, nous sommes dans un moment de mémoire, on doit ramener du fond du grenier les belles semences et les mettre dans la société, et arrêter le brouhaha ».

    Articles récents

    Air Sénégal : Reprise timide des vols internationaux

    La compagnie aérienne Air Sénégal annonce la reprise de ses vols internationaux après plusieurs mois d'arrêt en raison de la pandémie de...

    Covid-19: Un vaccin efficace à 95% annoncé

    La société pharmaceutique Moderna annonce que son candidat vaccin contre la Covid-19 est à 94,5% efficace pour réduire le risque de contracter...

    TOUBA – 4 CENTRES COMMERCIAUX DU MARCHÉ OCASS RÉDUITS EN CENDRES

    C’est la catastrophe au marché Ocass de Touba. Pour cause, un incendie d’une rare violence s’y est déclaré vers une heure du...

    LA RÉACTION D’ABDOULAYE WADE À L’ANNONCE DE SON DÉCÈS PAR RFI

    La nouvelle a rapidement fait le tour du web. Victime d’un bug lié à la migration de son site vers un autre...

    Abdoulaye Diouf Sarr : « Le Sénégal fera partie des pays qui auront le vaccin contre la covid-19 »

    La recherche du vaccin contre le covid-19 se poursuit à l’échelle internationale. Une fois découvert, le Sénégal se positionne pour faire bénéficier...

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles