Vidéo: L’hôpital Abass Ndao étrenne sa centrale d’oxygène médical…

Le maire de la ville de Dakar, Khalifa Sall, a procédé, ce jeudi, à l’inauguration de la centrale d’oxygène médical de l’hôpital Abass Ndao, financé par la ville de Dakar à hauteur de 453 millions de francs Cfa.

Ce projet faisant partie de sa politique de développement, le maire soutient que «depuis 2009, l’ambition que nous avons est de faire de Abass Ndao un hôpital d’excellence, avant le terme de notre mandat. L’investissement que nous avons mené n’est rien par rapport à notre désir de doter cette structure tout ce qu’il y’a de nouveau».

Pour Khalifa Sall, le plateau technique de Abass Ndao doit changer. «Cet hôpital incarne Dakar. Nous allons faire en sorte qu’il puisse être de meilleure qualité. Depuis 2009, nous n’avons de cesse, chaque jour, chaque année, de poser des actes pour que le plateau technique soit relevé, que le milieu soit assaini, que le cadre de travail et les conditions de travail soient améliorées et que le personnel puisse se retrouver dans de meilleures dispositions pour être efficaces. La cérémonie d’aujourd’hui entre dans ce cadre», soutient le maire de Dakar.

Selon Khalifa Sall, «l’oxygénérateur doit viser à soulager Abass Ndao et 14 centres de santé parce que l’oxygène coûte cher et handicape beaucoup le fonctionnement de nos centres de santé. Nous voulons que Abass Ndao puisse régler ses problèmes et ceux des centres de santé”. Il annonce la création d’un réseau interne dans cet hôpital pour que toutes les cliniques (maternité, odontologie…) puissent être raccordées à l’oxygène. “Nous ne voulons pas que cet oxygène soit transporté dans des tubes. C’est la deuxième récrimination que nous avons formulé et nous avons dit que nous étions prêts à compléter, s’il y a lieu, l’effort. Nous avons aussi mis 150 millions d’équipements et nous avons rénové la clinique d’odontologie avec 6 chaises pour véritablement accroitre l’offre».

El Hadji Maguette Seck, nouvellement élu directeur général de l’Hôpital Abass Ndao, trouve que cette structure de santé dispose d’une opportunité que les autres structures n’ont pas. «Nous avons d’une part le ministère de la Santé qui nous accompagne et d’autre part la ville de Dakar qui nous appuie avec au moins un montant de 200 millions en équipements. Aujourd’hui, nous avons reçu une centrale de production d’oxygène. Si nous saisissons ces opportunités avec la mise en place de ce projet dénommé “Abass Ndao ca kanam”, nous pouvons régler beaucoup de problèmes au profit de la prise en charge des patients», explique-t-il.

 

 

Auteur: Ndèye Fatou Ndiaye

Comments are closed.